Le blog du chroniqueur judiciare du monde affirme qu'on parlera peut être de Chantal Sébire comme on parle de Marie Claire à propos de l'avortement. "Ces moments là, où une société s’apprête à briser un tabou, sont fascinants. On mesure combien ils ont été préparés par d’autres événements qui ont fait leur chemin en nous, le plus souvent à notre insu."

Ce qui me gêne c'est qu'on parle bien moins de tous ceux dont les souffrances ne seront pas médiatisées et qui seront euthanasiées parce qu'ils gênent ou qu'ils coûtent trop cher.
C'est bien cette optique libérale que défend Jacques Attali quand il dit que l'euthanasie est une solution pour les sociétés industrielles et que le suicide est un droit induviduel.

Quand à Marie Claire écoutons ce qu'elle aurait dit a un jeune venu assister à une conférence à laquelle elle participait
- "Pendant ces trente ans, on parlait de Marie-Claire, mais personne ne s'est demandé ce qu'elle est devenue Marie-Claire !"
- "C'était l'enfer pour survivre"
- "Si j'avais de l'argent, je créérais une fondation pour aider les femmes qui ont subi un avortement."
- "Moi, mon avortement, j'y pense tous les jours. Aujourd'hui j'aurais un fils de 30 ans. Et pourtant c'est le fruit d'un viol."

Commentaire posté sur ce blog, on verra s'il va passer la censure du modérateur.
Associations pour le développement des soins palliatifs : Jalmav, sosfindevie.org
Autres témoignages sur les souffrances cachées des victimes de la légalisation de l'avortement et aides disponibles