Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« juin 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

27 06 2008

Le "Taisez vous Jésus Christ" face à l'intervention des chrétiens dans la vie civique

est bien plus courant que le "taisez vous Elkabach", le blog "le conservateur" constate que dans les droites libérales ou païennes beaucoup contestent les prises de positions de l'Eglise, mais aussi son droit de s'exprimer. Langelot réagit en demandant que les hommes d'Eglise se cantonnent aux questions "spirituelles".

L'Eglise ne parle en général que de certains sujets, qui touchent la personne humaine et évite le plus souvent les questions contingentes comme la révision des barêmes de la taxe d'habitation ou l'interdiction de la chasse au loup.
L'Eglise ne parle pas plus de ces sujets que l'"église" de l'individualisme que sont les organisation maçonniques, mais elle donne sur les questions de la liberté, de l'engagement du mariage ou du droit de ne pas être tué dans le ventre de sa mère des réponses qui ne sont pas moins légitimes parce qu'elles sont différentes.

L'Europe se serait certainement mieux portée d'avoir écouté les conseils de Benoît XV le 1er novembre 1914 et l'Ouganda se porte mieux d'avoir écouté le discours de Kampala de Jean Paul II sur le préservatif.
Une des difficultés de cette écoute vient du fait qu'on a tendance à zapper une partie de celui ci. Benoît XVI parle par exemple du respect des immigrés qui viennent "en respectant les lois du pays d'accueil".

Il est vrai que les hommes d'Eglise ont tendance à faire le travail des hommes politiques chrétiens; souvent parce que les militants chrétiens, solidaires des partis non confessionnels auxquels ils appartiennent ont du mal à faire entendre une voix spécifiquement chrétienne.
C'est une des conséquences de la vie politique partisanne, qui disperse les chrétiens dans des chapelles politiques autour de questions contingentes, plus de liberté individuelle, de socialisme ou d'indépendance nationale sur lesquelles l'Eglise n'a pas de doctrine fixe.

Les points non négociables du droit de la personne humaine, du respect de la vie et de la liberté d'enseigner et de pratiquer le christianisme sont alors noyés dans des questions moins essentielles.
Un système référendaire tel que celui de la Suisse permettrait de limiter un peu cette logique de dispersion des laïcs chrétiens.

Certains prétendent que "les religions" doivent laisser la place à la neutralité laïque et que revendiquer la liberté pour l'Eglise reviendrait à la donner aussi aux mosquées.
C'est à mon sens une erreur, les philosophies de la vie, "l'humanisme républicain" defendu par la franc maçonnerie, le libéralisme, le socialisme, le nazisme, le communisme, le christianisme ou l'islam proposent tous une hiérarchie de valeurs différente et plus ou moins conforme au droit naturel et à la possibilité d'une paix civile. Il est donc normal qu'ils aient des droits inégaux pour que les adeptes du maçonnisme, du nazisme, du communisme ou de l'islam soient empêchés de mettre en pratique les éléments inhumains de leur doctrine.

23 06 2008

Au commencement était le message

le Verbe est divin, c'est son essence. Dieu, c'est le Nom, c'est un thème récurrent, que l'on trouve aussi bien dans l'Ancien T. que dans le Nouveau T.
Nommer les choses est un acte de création ou de continuité de la Création.
Les sociétés vivantes cultivent l'art du langage, du verbe ; les sociétés mortes détruisent les mots, et c'est Dieu qu'elles détruisent.
Observez les sociétés moribondes : elles ont toutes conjugué la mise à mort de Dieu avec une réforme suicidaire de la langue. Révolution française ou khmère, nazisme, communisme,... Réécriture du calendrier et des saisons, réécriture des lois, réécriture des rapports sociaux et des appellations traditionnelles, etc.
Ecrit par : fromageplus | 17 juin 2008

Qui me rappelle cette phrase du courageux Jérôme Lejeune :
Au commencement, il y a un message, ce message est dans la vie, et ce message est la vie. Et si ce message est un message humain, alors cette vie est une vie humaine.

13 06 2008

Dhimmis de la république

Il y a donc un impôt permanent payé par les chrétiens au profit des autres. Toute ressemblance avec la tolérance islamique n'a rien de fortuit.
« C'est beau de faire l'amour avec une femme » Encore un téléfilm en faveur de la lesbianitude, payé par la redevance télévisuelle. Peut on imaginer un téléfilm qui dise au contraire « c'est beau de donner sa vie dans la vie religieuse ».
En réfléchissant un instant sur ce déséquilibre on peut se rendre compte qu'il est systématique. Les chrétiens payent systématiquement pour des oeuvres laïques et neutres, largement ouvertes à l'individualisme idéologique alors que les laïcs ont obtenu le droit de ne jamais payer pour des oeuvres chrétiennes : pas de subventions pour les écoles catholiques, pas de publicité pour les médias chrétiens, des chroniqueurs d'extrême gauche sur les radios d'Etat, mais presque jamais de catholiques convaincus et intelligents.
Dans l'islam aussi les chrétiens sont tolérés, mais doivent payer pour le rester et donner le fruit de leurs efforts à leurs concitoyens musulmans
La Vérité peut rayonner par elle même, elle peut être choisie librement, mais la justice commande que l'une ou l'autre des doctrines en présence ne soit pas favorisée pour que chaque homme puisse se déterminer par lui même.
- Neutralité financière de l'Etat vis à vis des diverses philosophies
- Séparation de la Libre pensée et de la Franc maçonnerie et de l'Etat.
- Chèque éducation
- Chèque redevance permettant de financer des médias de son choix

Administration