Il a défendu l'interdiction totale de l'avortement devant le conseil des droits de l'homme de l'ONU, expliquant que la contraception devrait suffire à contrôler les naissances. Il a résisté aux pressions du haut commissariat des nations unies pour les droits de l'homme, d'amnesty international et de la France ou des Etats Unis.