Jean Paul Mari est un journaliste de guerre, né dans la guerre d'Algérie.
Un jour à Bagdad un obus est tombé sur son hotel, il a vu les entrailles ouvertes d'un de ses collègues.

... Taschen

Il a rencontré un mal qui peut tuer "sans blessure apparente", un mal qui touche ceux qui sont au front, militaires, médecins, reporters, humanitaires.
Il a vu ce qu'on ne doit pas voir, ni dire, sa propre mort à travers celle d'un autre et a souffert de cette forme de stress post traumatique qui remplissait déjà les hôpitaux après la guerre de 14-18.
Il en parle à Yves Calvi sur France Inter (à écouter ici)

L'idée d'un mal sans blessure apparente vaut peut être aussi pour ceux qui savent qu'ils sont survivants, tels cet enfant dont parle e-deo, ou Rebecca Kiesling.