Personnellement, j' ai toujours rêvé de fonder une grande famille avec 3 ou 4 enfants
mais bon , vu que nous ne sommes pas cadres mais simples salariés , il nous est difficile de pouvoir envisager la grande famille de nos rêves . De plus, aprés 10 ans d' attente, nous sommes enfin arrivés à pouvoir décrocher un prêt immobilier et nous sommes en plein projet de construction de maison (en réduisant au maximum les frais ) ;alors , au vu des circonstances , un 3ème enfant ne faisait pas parti de nos projets .

Seulement voilà , ce 3ème petit bout s' est invité et il a fallu choisir . Ca n' a pas été simple car je suis trés maternelle et mes enfants sont les prunelles de mes yeux , mais même en tournant la question dans tous les sens , l' IVG était la seule solution pour que notre bâteau ne coule pas . …

L' acte médical en lui-même s' est trés bien passé ( par aspiration à 9 semaines) mais psychologiquement , c' est tout autre chose .
Cela s' est passé le 25 septembre 2007 et depuis je ne vis plus, je survis . Je m' en veux , je culpabilise et je n' arrive pas à tourner la page .

Le probléme, c' est que je me déteste, je hais mon corps qui aprés avoir porté la vie a donné la mort . Mon chéri lui me désire toujours mais moi je n' y arrive plus . Chaque fois que nous faisons l' amour , je suis déprimée et triste mais je ne le lui montre pas car je ne veux pas le blesser .
(Source, parmi tant d'autres)

Même le Monde parle des conséquences de l'avortement, en interviewant l'auteur de "Quel âge aurait-il aujourd'hui ? Le tabou des grossesses interrompues"