Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« septembre 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

21 09 2011

Les meilleurs sénateurs sont centristes

Le site catholiques en campagne permet de se faire une idée des qualités ou des défauts des candidats sortants.
Au delà de leurs proclamations et de leurs sites internet, quand ils en ont un, le site catholiques en campagne a pris en compte leur votes sur des points non négociables de la doctrine sociale de l'Eglise. Les sénateurs ont passé le bac: sujets proposés, pour ou contre le mariage homosexuel, défense du dimanche, euthanasie, recherche sur les embryons.

Les résultats

Le parti communiste ne s'en sort pas aussi mal que les socialistes. Il a voté en bloc contre le travail du dimanche. A l'UMP par contre, il y a des sénateurs pour la famille et pour la vie, mais seuls les plus courageux comme Marie thérèse Hermange se sont abstenus de voter le travail du dimanche.

Le groupe union centriste est celui qui s'en sort le mieux avec Anne Marie Paillet, mention très bien, ou Denis Badré et jean Arthuis qui se représentent dans la mayenne et les hauts de seine.

Des dissidents de l'UMP.
Ils ne sont pas tous entièrement sympathiques. A Paris, on retiendra l'exemple de Pierre CHARON, élu parisien,ancien ami du président de la République. Ancien, car l’intéressé est aujourd'hui en disgrâce à l’Élysée la suite de vagues histoires de rumeur. Pierre CHARON est l'homme du show-biz, l'ex amuseur du Président, mais surtout un nominé qui doit ses fonctions au fait du prince… Chargé des chasses présidentielles, il est toujours conseiller économique et social, avec un bref passage chez Maurice LEROY. Bref, des activités éloignées d’un authentique élu local. Suspendu de l’UMP pour cause de dissidence, on lui reproche ses propos à l’égard de la tête de liste officielle de l’UMP à Paris, Chantal JOUANNO. L’intéressé n’a eu cure des avertissements et maintient actuellement sa liste.

La composition de sa liste est aussi intéressante. On notera ainsi la présence de jeunes élus parisiens, cumulards, connus notamment pour leur soutien au mariage homosexuel.Ainsi, on retrouve des membres du think-tank Génération Paris Seine, désigné plus familièrement sous le sigle de « GPS ». La vocation de cette association est – je cite – « de faire bouger la droite » pour permettre la reconquête de Paris. Ainsi, ses membres éminents comme Géraldine POIRAULT-GAUVIN et Pierre-Yves BOURNAZEL, respectivement 2ème et 5ème de liste, défendent le mariage homosexuel.
Moralité de l’histoire : dans GPS, il y a… PS ! La politique n’estpeut-être pas une famille : en tout cas, elle n’est pas toujours au service de la famille complète
La liste officielle parisienne est pour sa part dirigée par Chantal Jouanno qui a elle aussi déclaré publiquement sa faveur pour le mariage homosexuel.

04 09 2011

La démocratie moderne est une invention monastique

C'est elle qui nous permet d'avoir "voix au chapitre".
C'est ce que rappelle Chantal Delsol sur son site:

" Si la Magna Carta de 1215 est, d’après Duroselle « la plus lointaine origine du régime parlementaire » (L’Europe, Histoire de ses peuples, p.161) Léo Moulin pense qu’elle subit l’influence des Cisterciens, installés en Angleterre depuis 1128 et très développés. L’évêque Stephen Langton, très influent dans la révolte contre Jean sans Terre, avait séjourné chez les Cisterciens et connaissait bien leur règle. Nombre de revendications de la Magna Carta, l’usage de certains détails et de certains mots, rappellent clairement la règle cistercienne. De même, en se penchant sur l’élaboration du code électoral de 1789, Léo Moulin pense que celui-ci (qui ne pouvait tenir son influence des Etats Généraux, réunis la dernière fois en 1614) présente bien des similitudes avec les règles des ordres monastiques.

C’est encore le point de vue de Jean Baechler (Démocraties, Calmann-Lévy, 1985, p.87): « Le monachisme occidental est ainsi devenu, par la force des choses et non de propos délibéré, un véritable laboratoire des pratiques électorales pendant au moins cinq siècles. Elles ont servi de modèles aux communes italiennes, avant d’être reprises par les régimes parlementaires. Les démocraties modernes ne doivent rien, en matière de techniques électorales, aux démocraties antiques, dont l’expérience avait été entièrement oubliée, elles doivent tout aux ordres monastiques ».

Par ailleurs, si l’obéissance au Supérieur est liée à la loi (nul n’est censé obéir à son Supérieur « contrairement aux Constitutions »), elle est aussi liée, et même en dernier ressort, à la conscience personnelle : le moine doit obéir « en toute chose où n’apparaît pas le péché ».
L’interdiction expresse de tout tirage au sort (interdit officiellement par le pape en 1223), marque bien l’esprit de ce type de gouvernement :
- ce n’est pas Dieu qui gouverne en cachette
- gouverner n’est pas un jeu
- les hommes ne sont pas interchangeables, certains sont en effet meilleurs pour gouverner, il s’agit de les découvrir et de les reconnaître
- en dépit des erreurs et difficultés, il est possible de désigner le bon gouvernant

La suite est sur le site de Chantal Delsol.

Administration