" N’est-ce pas, au reste, ce qu’avaient bien compris les premiers chrétiens avec la double et unique loi divine (Décalogue et Béatitudes) inscrite dans leur cœur, qui leur faisaient refuser de brûler les trois grains d’encens en l’honneur des dieux dans la cité ? Ce ne fut certes pas sans martyrs ni sans échecs apparents mais on sait comment ce fut le « pivot » (Chesterton) de l’histoire de l’humanité et la semence d’une civilisation sans précédent. Ce n’est plus sur trois grains d’encens qu’il s’agit aujourd’hui de céder ou ne pas céder religieusement mais sur trois points relatifs à la loi (morale) naturelle, au sujet desquels Benoît XVI nous demande de ne pas transiger politiquement. Car ce sont trop souvent nos compromissions qui font perdre les batailles."
Rémi Fontaine. Présent