Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« novembre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

23 11 2009

Pour un coproratisme sans Etat

En tant que défenseur des projets chrétiens sociaux de représentation du peuple par métiers et milieux, et de la conception Proudhonnienne d'une démocratie de l'association et du contrat qui serait l'inverse de l'escroquerie inévitable du système représentatif, je ne peux qu'être sensibleaux critiques portées par ce texte, même si elles sont excessives.
Yann Algan et Pierre Cahuc critiquent les effets pervers de l'alliance réalisée en 1945 entre corporatisme chrétien-social et étatisme socialiste.

Nous soutenons que le déficit de confiance des Français est intimement lié au fonctionnement de leur État et de leur modèle social.
Après la Seconde Guerre mondiale, le modèle social français s’est construit sur des bases corporatiste et étatiste. Le corporatisme, qui consiste à octroyer des droits sociaux associés au statut et à la profession de chacun, segmente la société et opacifie les relations sociales, ce qui favorise la recherche de rentes, entretient la suspicion mutuelle et mine les mécanismes de solidarité.
L’étatisme, qui consiste à réglementer l’ensemble des domaines de la société civile dans leurs moindres détails, vide le dialogue social de son contenu, entrave la concurrence et favorise la corruption.
Le mélange de corporatisme et d’étatisme est au coeur de la défiance actuelle et des dysfonctionnements du modèle social.
La faiblesse du dialogue social et le manque de confiance envers le marché rendent nécessaire l’intervention de l’État.
Mais selon une logique dirigiste et corporatiste bien établie, l’intervention de ce dernier consiste généralement à accorder des avantages particuliers aux groupes qui en font la demande, souvent au détriment du dialogue social, du respect des règles de la concurrence et de la transparence des mécanismes de solidarité.
Ce type d’intervention ne peut qu’entretenir la défiance mutuelle et favoriser, en retour, l’expansion du corporatisme et de l’étatisme.

Via Baroque et fatigué.

Le retour aux libertés ne passe cependant pas pour moi par une déréglementation libérale, mais par un corporatisme libéré de l'Etat.

18 11 2009

Quand un paisible village champenois découvre la délinquance.

Le village viticole d’ Aÿ, dans le département de la Marne subit Cambriolages, dégradations, bagarres, vols, incendies de véhicules… Sans oublier un trafic d’héroïne endémique dans ses rues. Excédés, les habitants pointent l’inertie des autorités : « On porte plainte à chaque fois, mais il n’y a jamais de suite. Et la police est rarement présente », témoigne une commerçante.  Au point que certains parlent de s’organiser eux-mêmes.

18 11 2009

Un protégé de Sarkozy soupçonné de détournement de fonds.

Chargé d’une mission sur la diversité par le président, Basile Boli, ancien footballeur était secrétaire national chargé du co-développement au sein de l’UMP. Il avait créé une association de soutien aux micro projets d’immigrés voulant retourner dans leur pays.

Il a été placé hier en garde à vue suite à des accusations de détournement des fonds de cette association largement subventionnée par l’Etat.

On peut pourtant se demander s’il en a fait plus que d’autres patrons d'associations bien pensantes selon l'esprit du monde ou spécialisées dans les pièces jaunes.  

Administration