Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« avril 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930

30 04 2008

Petite histoire de subventions sur la ligne bleue des Vosges.

L'argent de l'Etat sert il à quelque chose ?

Il y a un petit fil blanc le long de ce chemin. Même au fond d'un vallon perdu il continue, qui a bien pus se fatiguer à le tirer jusque là ?
C'est en fait une histoire de subventions. Un plan directeur des chemins forestiers par vallées et par versants sera réalisé à partir des mesures de distances réalisés en tirant ces petits fils blancs.
La planification indicative réalisée par ce schéma directeur de desserte forestière permettra d'ouvrir de nouveaux chemins, utilisables par plusieurs petits propriétaires forestiers. 80% du prix du chemin sera payé par l'Etat. Ces schémas couvrent 3,7 millions d'hectares, soit 28 % de la surface forestière française. Derrière tout cela il faut une administration, des plans, des démarches et des contrôles



Un libéral résolu trouvera qu'il vaudrait mieux réduire les impôts et laisser ceux des propriétaires qui le veulent faire eux mêmes et avec leurs voisins les chemins dont ils ont vraiment besoin.
Ceux qui pensent que la société n'est pas capable de résoudre ses problèmes sans l'aide et la sagesse de l'administration et des services publics se féliciteront de cette heureuse initiative routière.
Ils diront que cela permet aux tout petits propriétaires de sortir leurs bois au lieu de les laisser pourrir sur pied. Le problème de fond qu'il s'agit de régler est celui du manque de bois disponible pour les scieries géantes.

Ceux qui se souviennent de la pensée sociale traditionaliste verront aussi qu'il s'agit d'un cautère sur une jambe de bois. L'origine du manque de bois pour alimenter les scieries se trouve dans la pulvérisation des propriétés forestières sous l'effet du Code Civil. A chaque génération, terres et bois sont divisés de manière égale, au point de devenir inexploitables. La notion de propriété absolue, est elle aussi un obstacle à la bonne gestion d'un territoire. Le propriétaire souverain peut raser sa forêt et laisser la pluie raviner les sols, planter des épicéas en dehors de leur milieu naturel avec l'aide de subventions, et ne se soucier en rien de ce qui l’entoure.
Une gestion du territoire soucieuse du bien commun suppose que la propriété n’est pas absolue, mais qu’elle doit tenir compte de son environnement.
Même si ces chemins nouveaux sont sans doute une bonne idée, l’erreur de l’Etat actuel est sans doute de confier le soin du bien commun à des élus surtout préoccupés de l’intérêt immédiat de leurs électeurs et à des administrations qui regardent passer les responsables politiques et font souvent surtout ce qu’elles veulent.
Plus de renseignements sur ces subventions
http://ddaf54.agriculture.gouv.fr/ Accueil > Forêts > Aides de l'Etat et de l'Union Européenne aux investissements forestiers de production > Desserte forestière

25 04 2008

Du danger de ne pas permettre à la police de se défendre

Le Salon Beige signale que les CRS apprennent à tout faire pour éviter de faire mal aux manifestants, parceque le "pouvoir" à peur des "bavures".
Pour un historien, cela rappelle les mésaventures de Louis XVI, qui a très vite interdit à sa police de faire usage de ses armes face aux manifestants révolutionnaires. Une manière de perdre la tête avant de la perdre et de provoquer la mutinerie des forces de l'ordre.

Réprimer quelques personnes ou en laisser tuer des milliers.
medium_police_de_sartine.jpg
Face aux premières émeutes de mai 1789, Louis XVI a choisi d’interdire aux force de l’ordre de se servir de leurs armes. Ce texte raconte comment la troupe a commencé par en faire usage, avec succès face à une manifestation rue Saint Antoine, avant de se mutiner en partie lors des journées décisives du 23 juin, du 14 juillet et du 6 octobre. Le refus de sévir, au riste que de les tuer, contre quelques centaines de révoltés a précipité l’Europe dans 25 ans de guerres.
Ce paradoxe est toujours présent de nos jours. Les consignes de tir actuelles des forces de l’ordre sont très restrictives, et contestées a demi mots par de jeunes militaires. La question des moyens de répondre à la guérilla urbaine anti-française que nous subissions, détaillée dans ce texte, est discuttée entre Villepin et Sarkosy, mais surtout analysée dans le détail sur le site de Ludovic Monnerat. Ce Lieutenant Colonel de l’armée suisse, analyste et théoricien de la guerre contemporaine sur Checkpiont-online.ch pose la question de la naissance de révoltés perpétuels, avec leurs rap d’appel à la haine et leurs défis rituels contre l’Etat. Il considère que le conflit est inévitable, avec l’utilisation de défis et de rumeurs d’attaques contre les mosqueées pour mettre en route le cycle provocation-répression. Images tirées des « lundis du Figaro » de Caran d’Ache (photo Annales HSC) (Unvoyageauliban.hautetfort.com 09 11 2005)

14 04 2008

Roselyne Bachelot ne voudrait plus rembourser les soins dentaires

Dans ses projets d'économies pour la Sécurité Sociale, le ministre de la santé évoque le transfert aux mutuelles complémentaires d'un certain nombre de catégories de dépenses.
Que certaines dépenses de santé soient moins remboursées, pourquoi pas, mais cibler les dépenses de lunettes et de dentiste, cela aggravera certainement les difficultés des plus pauvres. Les dents en moins sont déjà un des signes les plus visibles des difficultés financières des plus pauvres

1711117214.jpg

Administration