Qui veulent recréer un paganisme mort depuis bien longtemps imaginent des rites autour d'une pauvre bougie : le chandelier-photophore est donc riche de symboles : le cycle du temps, l’espoir en une renaissance. Il est l’image du soleil qui ne meurt pas, il évoque la grande roue des saisons.
Avec lui, se fête la vie immuable dans sa perpétuelle transformation.

Il y a derrière tout cela une philosophe qui n'est pas celle du progrès chrétien.

Ces bougies sont offertes à Jul, vieille divinité germanique que les nazis ont cherché à sortir de sa poussière.