Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« septembre 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

29 09 2010

Dix millions d’euros pour sauver la création dans ce pays.

C’est le slogan du député Franck Riester pour justifier le budget de l’organisation Hadopi. En effet le budget de cette année, 5,3 millions d’euros s’ajoutera a celui de l’an dernier pour aboutir aux dix millions d’euros, que le député semble définir comme la norme pour les années suivantes.

A ce prix là le salarié de l’hadopi coûterait 200 000 euros par an tout compris contre seulement 100 000 pour salarié de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

29 09 2010

Un métier d’avenir : chasseur de primes sur le net.

Un cabinet d’avocats britannique, ACS :law se envoie des lettres a des internautes soupçonnés de piratage leur proposant, soit de payer tout de suite une compensation, soit de risquer un procès coûteux.

Des hackers ont bloqué le site, et ont pu avoir accès aux correspondances internes de l’entreprise. Mis en ligne, ces mails montrent que l’entreprise a récolté 750 000 euros auprès des 30% d’internautes qui acceptent de payer entre 350 et 700 livres sterling pour éviter une menace de procès.

22 09 2010

Coups tordus contre la liberté d’internet

Jouez hautbois, résonnez musettes, il est né le nouvel hadopi. Enfin les premiers courriers de dénonciation de téléchargeurs ont été communiqués Par le comité de protection des droits. Pas des droits de l’homme, mais des droits des marchands de musique. Cette officine doit ensuite avertir les internautes concernés dans les deux mois, soit avant la mi octobre.

N’est ce pas une bonne idée de défendre la propriété intellectuelle ?

Si ce principe peut se comprendre, la loi hadopi est aussi un moyen de préparer une lutte globale contre la liberté d’expression sur internet. Elle rend en effet envisageables des poursuites contre ceux qui relaieraient des informations politiquement incorrectes. Le prétexte serait que ces informations seraient diffusées sans respecter les droits d’auteur.

Quelle est l’étape suivante de ce processus de réduction des libertés ?

De nouveaux coups de chien contre la liberté sur internet se préparent.

Frédéric Mitterrand annonce que ce sont les fournisseurs d’accès et donc l’ensemble des internautes qui paieront les frais de recherche des pirates supposés. Le ministre affirme que ce revirement des fournisseurs d’accès s’est fait dans le cadre d’un échange global. Pour site numérama, les fournisseurs d’accès auraient obtenu la promesse de pouvoir renoncer à la neutralité du net pour privilégier certains contenus dans leurs offres.

S’agit-il uniquement d’une politique franco française ?

Le vice-président des Etats Unis a présenté un vaste plan de défense des propriétés intellectuelles américaines. Des sénateurs viennent d’embrayer avec un projet de loi très restrictif. Celui-ci prévoit que le ministère de la justice des Etats Unis pourrait s’attaquer aux noms de domaines. Si l’adresse internet d’un site a été déposée aux Etats Unis, elle pourrait être supprimée, et si elle a été enregistrée ailleurs, les fournisseurs d’accès américains pourraient être obligés de bloquer ces adresses.

Rappelons par ailleurs que l’ensemble des noms de domaines d’internet est géré par une société américaine.

17 09 2010

De 7 à 102% de subventions dans le prix des quotidiens nationaux.

Libération (48.000 ex. tirage moyen 2009) reçoit 9 cts d’euro par exemplaire (7 % du prix de vente en kiosque 1,3 €),
Le Figaro
(122.000 ex.) reçoit 19 cts (15 %/1,3 €),
Les Échos
(41.700 ex.) reçoit 25 cts (17 %/1,5 €),
Le Monde (127.000 ex.) reçoit 23 cts (16 %/1,4 €), 
L’Humanité
(21.000 ex.) reçoit 54 cts (42 %/1,3 €).
France
Soir (19.000 ex.) reçoit 52 cts (la subvention est supérieure à son prix de vente 50 cts)



Source

15 09 2010

Incompétence des informaticiens du gouvernement.

La loi Hadopi exige que les internautes prennent des mesures de protection de leurs connexions. En cas de ce que la Loi appelle la « négligence caractérisée » ils peuvent être privés de connexion.

Le site Numérama signale que trois blogueurs informaticiens ont testé les mesures de protection des sites administratifs. Ils ont découvert de très nombreuses failles de sécurité majeures, parfois signalées depuis longtemps et non réparées.

08 09 2010

Il y a une majorité pour défendre la neutralité d’internet au parlement européen

Malgré les désirs et les pressions de gouvernements comme celui de la France, les députés européens ont voté une déclaration contre ACTA. Cet accord commercial international anti contrefaçon est actuellement négocié dans le plus grand secret.

Des fuites ont révélé qu’il s’agissait d’étendre le modèle de contrôle d’internet à la manière de l’Hadopi française.  Le parlement européen, qui aura la possibilité de refuser de ratifier ce traité déclare qu’il devra respecter la liberté d’expression. Il veut aussi que les fournisseurs d’accès continuent à ne pas toucher aux contenus qu’ils diffusent.

08 09 2010

Les jeunes de l’UMP prétendent défendre la liberté sur internet.

"Nous on a absolument aucune envie de contrôler Internet, on est toujours en permanence en train d'essayer de protéger la liberté d'expression, et même avec Hadopi on a protégé la liberté d'expression des artistes", assure Benjamin Lancar, président des jeunes de l’UMP Cette ligne pro hadopi a été imposée par ce président réélu récemment avec le soutien de jeunes du parti démocrate chrétien de Christine Boutin malgré ses positions  soixante huitardes sur les questions de société.

Administration