Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« mai 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

15 05 2010

Enregistrez tout ce que vous trouvez de bien sur le web : vers un internet sans mémoire

Vive les aspirateurs de sites !

Sur l’iPad une grande partie du web est désormais invisible: tout ce qui est graphiques animés, web documentaires, la plupart des vidéos hébergées sur les sites d’information laissent des trous béants dans les pages. Mêmes effets sur la plupart des sites de photographie ou sur des services de streaming comme Deezer ou MusicMe, tous deviennent aveugles ou muets sur la tablette d’Apple.

Ce n’est que le début du processus, puisque Microsoft, dont on découvre au passage qu’il partage les convictions d’Apple sur les faiblesses de Flash, ne supportera plus ce standard dans la version 9 de son navigateur Internet Explorer. Tout le monde bascule vers la version 5 du standard HTML. Précision: les anciennes vidéos sont progressivement remplacées par de nouveaux formats (les appréciations divergent sur les chiffres), une petite fraction sera même convertie. Mais pour le reste, le passé est le passé: rien de ce qui a été conçu en Flash, ne pourra être retraduit en HTML 5; la plupart des contenus interactifs du passé sont aussi morts que du papyrus.

Une équipe de nerds influents basés à Cupertino, Californie, décrète simplement que ses nouvelles lunettes ne seront plus capables de lire les livres anciens; pas les incunables, non, une grande partie de notre bibliothèque collective multimédia.
La logique aurait voulu que les détenteurs des clés du web standardisé prennent un peu de temps pour organiser la transition afin que l’existant puisse être préservé moyennant des modalités accessibles. Mais il n’en a rien été.
C’est d’ailleurs intéressant: autant les grands industriels du secteurs – constructeur de PC, éditeurs de logiciels – sont soucieux de préserver la «compatibilité à rebours» (la capacité pour une nouvelle application de fonctionner sur une machine un peu ancienne),
autant ils se foutent éperdument des contenus éditoriaux passés auxquels ils associent une valeur tendant vers zéro. C’est Fahrenheit 451 en version numérique.
Source

12 05 2010

Les jeux vidéo peuvent être violents, mais pas contre des animaux

Le jeu Mafia Wars prévoyait qu'il soit possible d'utiliser des pit bulls virtuels et des lions comme armes de combat. La société qui produit le jeu y a renonce, mais seulement pour les pitbulls.

L'association PETA a protesté. « "Bien sûr, ça n'est qu'un jeu, mais perpétuer l'image des pitbulls associés à des machines de combat est irresponsable et faux"

La mobilisation a été menée essentiellement en demandant d'intervenir sur les jeux en ligne de la société attaquée.

L'un des autres slogans de cette association végétarienne américaine est « fish are friends, not food ». Les poissons sont nos amis et pas de la nourriture.

12 05 2010

Indect est un indic contre les militants en ligne

Il s’agit d’un programme de recherche financé par l’Union Européenne. Il s’agit de développer, « la détection automatique sur internet des menaces, des comportements anormaux ou de la violence ». par des programmes capables de comprendre et d’enregistrer les relations entre les individus et les organisations diverses auxquelles ils semblent rattachés sur le Web. Le bonus, c’est la constitution automatique de dossiers sur les individus et les organisations.

Tout ce que vous écrirez sur internet pourra être retenu contre vous.

Paul Chambers, un anglais mécontent avait publié sur Twitter un message pouvait laisser penser qu'il allait déposer une bombe à l'aéroport Robin Hood de Doncaster-Sheffield.

Retiré de tout contexte et lu au premier degré son message lui a valu une garde à vue, et une condamnation au titre d'une loi sur les communications de 2003, qui interdit de publier des menaces. Sa peine est légère, il devra payer en tout mille livres. Mais son arrestation et le procès qui a suivi lui a surtout fait perdre son travail.

05 05 2010

De la toile au sablier, vers un internet contrôlé

Ceux qui veulent contrôler internet envisagent de nouvelles solutions de contrôle.

L'internet est comparé à une toile d'araignée, car les informations qu'il transmet peuvent passer par l'un ou l'autre des multiples mailles du réseau des câbles de transfert de données indifféremment. D'origine militaire, ce réseau est fait pour que l'information continue à circuler malgré la rupture d'une des mailles du réseau, ce qui le rend très difficile à contrôler complètement.

 

Quel serait ce nouveau moyen de contrôle ?

 

Il s'agit de la technique du « Deep Packet Inspection ». Utilisée en Chine ou en Arabie Saoudite, elle consiste a inspecter des paquets d'informations et dans certains cas à les bloquer.

L'idée est d'installer sur le réseau des points de passage obligatoire, comme le col d'un sablier. Ces points de passage empêcheraient la consultation des adresses et des sites placés sur une liste noire.

Les fournisseurs d'accès le font déjà très ponctuellement, mais sont réticents; ces points de contrôle seraient donc publics.

 

Mais en quoi ces listes noires sont elles dangereuses ?

 

Leur fonctionnement en Australie a montré que l'objectif affiché de lutte contre la pédopornographie a été vite dépassé. On a trouvé dans cette liste des sites publiant des photos d'enfants avortés, des sites de sectes et des pages prises plus ou moins au hasard, sans que la diffusion de la pornographie soit réellement limitée.

 

L'organisation Hadopi est elle liée à ces projets ?

 

Oui, cette Halde du net a en effet désigné  Michel Riguidel, enseignant-chercheur, à Telecom Paris Tech, pour définir les moyens de contrôle technique du « piratage » envisagés par l'Hadopi.

Ce professeur est un partisan de ces mesures de contrôle et de filtrage d'internet, et sera aussi chargé de travailler sur ce sujet. Il défend cette idée de filtrage en annonçant plus de services grâce à un internet qui aurait renoncé au principe de neutralité pour sélectionner les contenus.

 

Mais  Regarder ça ne veut pas dire adopter » comme le dit le secrétaire général de l’Hadopi.

 

Nicolas Sarkozy y est favorable, il veut « dépolluer automatiquement les réseaux et les serveurs de toutes les sources de piratage », et donc que soit testé le filtrage.

L'Union Européenne et le projet de traité internation ACTA envisagent de légaliser ces procédés. L'Islande, échaudée par les révélations par internet sur des malversations financières envisage au contraire des lois pour protéger la liberté d'informer par Internet.

Administration