Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« février 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

10 02 2010

Les cinq erreurs du rapport Falque Pierrotin contre le racisme sur internet

Des affirmations systématiquement non sourcées.

Sous prétexte de ne pas désigner nommément des sites parmi d’autres.

Une lecture malhabile du Web.

Les faits désignés étant essentiellement issus de commentaires, alors que le niveau intellectuel de tous les forums est connu pour être particulièrement faible et peu représentatif des idées ou des actions réelles de leurs participants.

 

Un rapport qui conduit à fausser la démocratie.
Il donne une définition trop large du « racisme » qui considère qu’il commence quand on attribue des caractéristiques communes à un groupe ethnique ou religieux.

Cela revient à criminaliser la description de faits statistiques ou sociologiques à propos de groupes, en particuliers immigrés.

La solution qu’il propose revient à interdire de parler des différences de culture et des conflits entre les populations de France.

Il s’agit aussi de priver de parole un adversaire politique, le courant nationaliste et favorable à une limitation de l’immigration et au refus de l’application de la loi musulmane en France.

 

Un rapport qui fait partie d’une opération contre des adversaires politiques

Dans le cadre de la future loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi), les fournisseurs d’accès pourraient bloquer dès le printemps un millier de sites figurant sur une liste noire. (Le Figaro)

 

Un moyen de développer une nouvelle administration inutile.
Un rapport qui montre qu’une lutte réelle est de fait impossible pour le moment, mais n’empêchera pas de créer de nouvelles administrations payées à faire des rapports et a mener des surveillances inutiles tant que la France n’aura pas renoncé au libre échange transfrontalier de données informatiques

10 02 2010

Propagande contre internet à la veille des débats sur la Llopsi

L'agenda médiatique rejoint opportunément les intérêts du gouvernement. Plusieurs opérations médiatiques à propos des dangers d'internet sont menées juste au moment ou les députés examinent la loi pour la sécurité intérieure dite llopsi.

 

Cette loi prévoit une liste noire de sites interdits sur le territoire national. Officiellement il ne s'agirait que des sites pédo-pornographiques.

L'expérience de liste noire menée en Australie montre que de nombreux sites non conformistes, y compris à propos de l'avortement ont été bloqués.

L'Union Européenne vient de reconnaître indirectement que cette notion de filtrage national des sites internet fait bien partie des projets d'accord international anti contrefaçon du projet « acta ».

 

La llopsi prévoit aussi l'installation clandestine de mouchards dans les ordinateurs serait en théorie encadrée strictement par le juge d'instruction, qui devrait disparaître prochainement.

 

Par contre l'Assemblée Nationale n'aime pas les mouchards. Elle interdit aux blogueurs l'utilisation d'ordinateurs en séance alors qu'elle l'autorise pour les journalistes professionnels. Le très sérieux site nosdéputés.fr voit ainsi son action de description des activités parlementaires entravée.

 

Coincidence intéressante, c'est justement mardi soir qu'Arte a programmé une soirée « théma » à propos des dangers d'Internet.

 

« Effroyables imposteurs ». Le reportage principal explore « la face sombre du net ». Comploteurs, complotistes, ils mènent un complot contre l'information sérieuse, faite par des vrais journalistes. Le reportage montre deux fanatiques du 11 septembre qui contestent des rapports scientifiques officiels et font du tractage dans la rue. Ils reconnaissent que le sujet prend trop de place dans leur vie.

 

Critiqué par ce reportage, le co-fondateur du site « le post » souligne que le reportage d'Arte refuse de reconnaître que des blogueurs ont pu souligner les erreurs de journalistes professionnels ou diffuser des vidéos qu'on aurait mieux aimé ne pas voir.

 

La suite de la soirée donnait la parole a huit journalistes aussi incontestés qu'Edwy Plenel ou Philippe Val, disant que les journalistes doivent garder le monopole de la sélection des informations.

 

La Commission Européenne s'intéresse elle aussi à notre sécurité sur internet, elle organisait hier le « safer internet day » pour que les jeunes aient des réflexes préservatifs. Elle a mis en ligne des questionnaires et des concours  pour les jeunes.

Via divers articles de Numérama.

09 02 2010

Extraits du rapport Falque Pierrotin pour François Fillon lutter contre le racisme sur Internet

Une définition (abusivement) large du racisme
Un site spécifiquement visé.
Une répression impossible
Des faits difficiles à définir juridiquement.
[Les hébergeurs devraient dénoncer les contenus « illicites » aux autorités]
Difficulté de désigner les auteurs d’un commentaire
Impossibilité de fait d’interdire d’accès depuis la France un site hébergé à l’étranger.
Pistes pour une répression
Droit de réponse accordé aux associations anti racistes
Lutter contre le racisme structurel pour faire peur aux racistes ordinaires.
Retrouver les auteurs effectifs des textes critiquables.
Créer un pilori des condamnations sur le site du « forum des droits (sic) sur Internet
"Eduquer"
Stages de citoyenneté.
Avec les associations.
Rendre le signalement plus facile
Obstacle principal : Les pays étrangers les plus importants sont moins répressifs que la France.
Un rapport rédigé après une consultation partielle et partiale
.

Lire la suite

03 02 2010

Gouvernements et commerçants contre la liberté sur Internet

La loi Hadopi fait des petits. Partout dans les « grandes démocraties libérales » se multiplient les projets de dispositifs législatifs faits pour brider la liberté d'expression sur internet.

L'intérêt des gouvernements se ligue avec celui des grandes entreprises culturelles pour stigmatiser la production de contenus libres en ligne.

En Belgique, une proposition de loi adapte le modèle de l'Hadopi

En Espagne une commission administrative devrait pouvoir bloquer des sites qui permettraient de télécharger et qui pourraient reproduire des articles gênants pour le pouvoir.
Un traité international de protection des droits d'auteur est actuellement en phases de négociations secrètes. Le traité  Acta (Anti-Counterfeinting Trade Agreement) pr
oirait la responsabilité des hébergeurs en cas de violation de copyright et des possibilités étendues de surveillance des échanges de données.
Dans ce domaine, l'Italie a choisi de d'interpréter à sa guise une directive européenne. Celle ci prévoyait la possibilité d'un contrôle d'Etat sur les télévisions, et Berlusconi voudrait qu’il faille demander une autorisation du ministère des communications pour diffuser sur internet des images animées accompagnées ou non de son, comme pour la presse dans les dictatures. Il est aussi accusé de se mettre au service du groupe de médias du premier ministre. Médiaset demande 500 millions d’euros à Youtube et chercherait à écraser la concurrence des web télévisions.

 

Des prétextes sécuritaires

La menace terroriste est partout.

Il ne faut pas trop se lâcher sur twitter. Un irlandais, mécontent d’une annulation de vol pour l’Irlande a été mis en garde à vue, interdit à vie de fréquenter l’aéroport en question et suspendu par son employeur.
Il avait écrit que si son vol n’était pas rétabli il ferait « exploser cet aéroport jusqu’aux cieux ».
La pédo-pornographie est aussi un prétexte, un rapport sur son commerce montre que le contrôle d'internet risque de provoquer le développement des réseaux informatiques parallèles mis en place par des mafias. Ceux ci existent déjà mais risquent de se renforcés s'ils sont utilisés par les échangeurs de musique.


Les sites mal pensants sur liste noire.
La future loi LOPPSI 2
( Loi d’Orientation et de Programmation Pour la Sécurité Intérieure ) Prévoit d’instaurer une liste noire de sites qui seraient bloqués sur le territoire français.
L’instance Hadopi ne fonctionne pas encore, mais elle vient d’affirmer que cette mesure marche très bien en Australie.
En fait, dans ce pays la liste ne s’est pas limitée à des sites pédophiles, mais aussi des sites sur l’euthanasie, des religions bizarres ou des sites chrétiens hostiles à l’avortement.
Dans le fourre tout de cette loi sécuritaire on trouve aussi la possibilité pour la police d’installer clandestinement sur les ordinateurs de simples citoyens des logiciels espions.
Il est à craindre que les véritables criminels ne soient pas les premiers poursuivis par ce genre de dispositifs.

Les auxillaires de la police de la pensée.
Êtes vous sur la liste du MRAP ? C'est du dernier chic d'être cloué au pilori par cette association qui se prétend anti raciste. Son rapport titré
« Internet, enjeu de la lutte contre le racisme » précise ensuite pour la plupart des nombreux sites qu'il recense qu'ils ne sont pas racistes, mais seulement reliés par des sites dont certains seraient racistes. « Outre les sites et blogs explicitement racistes, elle a recensé une partie de tous ceux qui exploitent les mêmes thèmes sans pouvoir être eux-mêmes qualifiés de racistes au sens de la loi de 1972 : extrême-droite politique et religieuse, ethno-différentialistes et racialistes, certains sites communautaires, etc..
Les sites et blogs de cette deuxième catégorie n'ont pas été choisis de manière arbitraire, mais parce qu'ils étaient signalés par des liens sur des sites ou blogs au contenu suspect déjà repérés
. »
La conclusion de ce rapport affirme que : « 
Les moyens limités offerts par la loi aux antiracistes sont sous-utilisés par manque de temps, d'outils techniques de traitement automatique des données. Cet obstacle franchi, il y aura probablement surcharge des tribunaux devant les plaintes déposées. »

 

Censures par les hébergeurs.
Les sociétés commerciales qui hébergent des sites sont très sensibles à tout ce qui pourrait entacher leur réputation.

La simple rumeur peut cependant suffire à faire supprimer un site par l'hébergeur.

Le site libéral H16(point) free (point) fr a été supprimé trois jours pour avoir évoqué l'idée qu'une ménagère de moins de cinquante ans qui voudrait acheter des chaussettes pourrait se retrouver sur un site pornographique. Les vendeurs de chaussettes ont écrit à l'hbergeur free pour défendre leur réputation.

Free a aussi suspendu le compte du blog climat sceptique skyfal, parce que celui ci subissait une très classique attaque de spams par saturation du serveur face à des connexions trop nombreuses.

 

Vers un internet commercial.
Les intérêts des entreprises sont aussi un moyen de limiter la liberté d’expression dans le domaine de l’information financière.
Un message posté en 2000 sur le forum Boursorama avait fait chuter le cours de l’action Valtech de 14% en deux jours. L’autorité des marchés financiers a condamné un internaute suisse à 20 000 euros d’amende pour avoir affirmé avoir des preuves que Véolia présentait ses comptes de manière inexacte. Elle lui reproche des affirmations insuffisamment fondées et de nature à manipuler le cours de bourse tout en ayant aussi condamné Véolia.

 

Fournisseurs d'accès, hébergeurs et sociétés informatiques ont fondé leur succès sur la neutralité du net. Offrir des possibilités d'échanges entre utilisateurs, sans censure ni filtrage des contenus. Par contre le nouvel I Pad de Mac intosh offre surtout des contenus payants plutôt que d'offrir des possibilités de créer et de partager soi même des contenus, ce qui avait fait le succès des premiers Mac Intosh avec ses logiciels de traitement de texte et d'images ou de vidéos.

Cette alliance des fournisseurs et des utilisateurs est actuellement menacée par l'accord entre les Etats et les sociétés commerciales Celles ci cherchant à protéger les contenus qu'elles veulent vendre sur internet.

03 02 2010

La terre ne ment pas, mais elle est terroriste

Le camarade Alain Suguenot, député-maire de Beaune, tellement "fier d’être bourguignon" qu’il envoya à ses correspondants un peu de terre de Bourgogne dans un petit sachet collé à sa carte.
Sympa. Sauf que son envoi a déclenché les sirènes et les chiens de la police antiterroriste en arrivant chez son ami le ministre Michel Mercier !
Alerte rouge !
De la quoi ?
De la terre ?
A Paris, ils n’en avaient jamais vu ! Même le Samu fut convoqué, les fonctionnaires dudit ministère s’étant plaints de démangeaisons suspectes.
Et la PJ de convoquer dare-dare l’assistant du député irresponsable pour explications sévères : de la terre, non mais ça va pas ? Ah, j’oubliais : Mercier est ministre de l’Espace rural.


Via Lecomte

Administration