Elles atténue, les sons, elle protège les chemins secrets.


Photo Philippe Edmond, col des Charbonniers, vallée de Masevaux

Triste nécessité de notre époque d'intolérance, le pseudonyme n'est pas une lâcheté, mais une nécessité.
"J'aurais bien quelque chose à dire, mais je vais me faire taper", c'est une élève, en Education civique, et elle n'ose pas dire qu'elle est pour les réformes de Sarkozy. Même les militants de l'UMP supplient qu'on ne révèle pas publiquement leur nom sur internet, par peur des réactions dans le monde professionnel.
Contrairement aux Etats Unis où il est tout à fait admis de montrer son orientation politique, en France cela comporte le risque tout à fait réel de perdre son emploi, en particulier dans l'Education ... Nationale ... ou dans le milieu médical.

Alors vive la neige et le silence des résistants au coeur ardent.