On annonce à son de trompe la victoire de la coalition pro occidentale sunnito-chrétienne sur la coalition pro iranienne chiito-chrétienne.
L'analyse géographique des résultats montre des résultats plus nuancés.
Les résultats, en partie contestés montrent une stabilité ou une légère progression de la majorité sortante, un léger recul des aounistes et du Hezbollah parmi les Chiites, en particulier à Beyrouth.
Le système électoral est fait pour préserver les minorités locales et tenir compte de la répartition des confessions dans l'espace libanais. Chaque siège est confié à un membre d'une communauté précise, mais tous les électeurs de la circonscription peuvent votent pour tous les sièges, ce qui favorise la victoire locale d'un camp ou de l'autre : Anti-syriens à Zahlé et Aley et pro Hezbollah à Baabda.
Ce système prévoit le choix majoritaire de tel ou tel nom, à partir de listes affiliées a des coalitions, ce qui aboutit à un bipartisme de fait.



La répartition complète des résultats confrontée avec la carte du Liban 1 et 2 montre un partage complexe de l'espace libanais.
Les régions chrétiennes périphériques, Qadisha, Koura, Zahlé dans la Bekaa ou le Chouf votent plutôt pour les anti syriens alors que le centre du pays maronite, Jbeil, Kesrouan, Baabda et les chrétiens en zone chiite de Jezzine ou de la Bekaa continuent a donner des voix aux Aounistes et aux partis pro-syriens.



Beyrouth se distingue par la victoire des anti syriens, y compris pour des sièges de députés chiites.
Les chrétiens restent indispensables, mais sont toujours obligés de rentrer dans des coalitions et des intérêts qui les remettent dans des affrontements géopolitiques qui leur sont étrangers.
Image Mappemonde via ...