Son film Persépolis a du mal à obtenir l'autorisation d'être projeté au liban.
Son témoignage déplairait au chef de la sureté intérieure, proche du Hezbollah, lui même proche de l'Iran décrit comme intolérant par Marjane Satrapi.



Le site Iran-résist consière que ce film est en fait un élément de la propagande du régime révolutionnaire :
- En accusant le Shah d'être vendu aux américains et responsable d'atrocités comme l'incendie du Cinéma Rex à Abadan qui fit 400 morts, tout cela pour justifier la révolution.
- En défendant le droit de porter le voile et en condamnant les caricatures de Mahomet (pas drôles)
- En sous estimant les violences contre les femmes (mariages avec des filles de 9 ans, lapidations) et en présentant des figures de mollahs compréhensifs.
La simple lecture du livre et les prises de position de son auteur le confirme aisément Iran Résist va plus loin
Il affirme que la belle histoire de la petite fille rebelle est fausse. Il affirme ne pas avoir trouvé de trace du grand père prince Khadjar déçu et communiste dans les listes de la famille royale. Pas de trace du Père de Marjane.
Marjane Satrapi a bien été inscrite au lycée français de Vienne, mais pour avoir l'autorisation de sortir du pays à ce moment là il fallait être proche du régime.
La promotion du film aurait aussi été assurée par des milieux cinématographiques proches du régime qui ont décidé de protester contre le film, juste avant sa présentation à Cannes alors qu'elle n'a aucune difficulté pour obtenir visa et passeports pour l'Iran.