Pratiquant une généreuse assimlation par le sourire, Pilote, le Journal lancé autour des aventures d'Astérix le Gaulois, ne repoussait pas une forme d'affirmation patriotique.
Tanguy et Laverdure défendaient "l'honneur des cocardes" tandis qu'Astérix luttaient encore et toujours contre l'envahisseur à coups de jeux de mots énormes.



Deux immigrés de la seconde génération, Goscinny et Uderzo, ont chanté sur tous les tons la fraternité bagarreuse et résistante d'un village de "nos ancêtres les gaulois". Cela participe de la force d'assimilation de la France de l'époque que signale très justement Fromage+ dans une note sur tous nos grands artistes immigrés.

50 ans après les choses ont un peu changé.
Mélanie Georgiadès, dite "Diam's" se convertit à l'islam et voile ses formes généreuses tandis qu'une certaine bande dessinée se complait dans la déprime, l'auto analyse, la médiocrité ou la vulgarité pseudo-grivoise.

C'est l'esprit d'enfance qui animait beaucoup d'auteurs de bandes dessinées qui s'est perdu. Michel Greg le regrettait dans l'introduction de ce livre:
medium_Boulle_et_Bill_.JPG
" Je reproche aux jeunes créateurs d'avoir perdu le sens de l'enfance. Pour eux, elle est synonyme de bêtise, alors qu'aux yeux de toute la génération à laquelle j'appartiens, cette notion constitue au contraire un signe d'optimisme et de fraîcheur. A l'époque, nous avions tous 12 ans dans notre tête et la pureté de notre coeur face à ce qui nous entourait était réelle et sans arrière-pensée. Aujourd'hui, le monde est moins beau qu'avant, certes, mais ce n'est pas une raison pour qu'il s'arrête..."

L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix et d'Idéfix et de tous les autres est célébré par un fameux site gaulois, François Desouche.
Le dessinateur de Boule et Bill, mort il y a peu, Jean Roba défendait lui aussi sans complexe une bande dessinée qui parle d’un paisible bonheur familial enraciné dans la stabilité du couple et de la vie familiale. Un hommage de Roba,
Et André Julliard parle très bien du côté artisanal de la bande dessinée sur Canal Académie