Commentaire sur un article de Rue 89 signalé par e-deo qui refuse le droit à l'objection de conscience face à l'avortement pour les médecins slovaques



Si j'ai bien compris il faudrait OBLIGER des personnes a se soumettre à la volonté d'autrui qui leur demanderait de participer à un comportement qu'elles n'acceptent pas.
En substance, sans l'ojection de conscience, vous êtes obligés de pratiquer un avortement quoi que vous en pensiez.

Il s'agit donc d'une négation radicale non seulement de la liberté de penser, mais aussi d'agir comme on le souhaite. La liberté n'existe donc que pour aller dans une seule direection ou une manière de faire.
C'est une définition très directe du totalitarisme.

Le refus de toute forme de morale, et donc de choix entre un bien et un mal est un des traits caractéristique des idées et de la pratique d'Hitler ou des communistes, qui mettaient au dessus de tout l'utilité au service de leur cause. Beaucoup de commentaires de cet article expliquent que la liberté de choisir ses propres actes est un mal car "l'Eglise a fait beaucoup de mal"

Le reproche qui est fait à l'Eglise vient de plus loin. Elle est condamnée au nom d'une liberté absolue parce qu'elle affirme que la liberté n'est pas une fin mais un moyen d'aller vers plus d'amour réel entre les hommes.
Les actes qu'elle déconseille conduisent à la perte de relations et au malheur, c'est un fait.

Il est reproché à l'Eglise d'avoir critiqué la liberté de penser des libéraux, des nazis ou des communistes quand ils disaient qu'on peut exploiter les pauvres, exterminer les races inférieures et les handicapés ou liquider les bourgeois et les traîtres. La morale de l'Eglise est la plus exigeante, il n'est pas suprenant que les chrétiens ne soient pas assez à sa hauteur, cela ne devrait en rien qisqualifier son appel à l'amour universel.

Vouloir proclamer la supériorité de la générosité et du refus de tuer ne devrait pas être interdit.

Image rmn : le jugement de Salomon par Poussin