Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« septembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

26 09 2007

Pas de liberté pour ceux qui refusent de tuer

Commentaire sur un article de Rue 89 signalé par e-deo qui refuse le droit à l'objection de conscience face à l'avortement pour les médecins slovaques



Si j'ai bien compris il faudrait OBLIGER des personnes a se soumettre à la volonté d'autrui qui leur demanderait de participer à un comportement qu'elles n'acceptent pas.
En substance, sans l'ojection de conscience, vous êtes obligés de pratiquer un avortement quoi que vous en pensiez.

Il s'agit donc d'une négation radicale non seulement de la liberté de penser, mais aussi d'agir comme on le souhaite. La liberté n'existe donc que pour aller dans une seule direection ou une manière de faire.
C'est une définition très directe du totalitarisme.

Le refus de toute forme de morale, et donc de choix entre un bien et un mal est un des traits caractéristique des idées et de la pratique d'Hitler ou des communistes, qui mettaient au dessus de tout l'utilité au service de leur cause. Beaucoup de commentaires de cet article expliquent que la liberté de choisir ses propres actes est un mal car "l'Eglise a fait beaucoup de mal"

Le reproche qui est fait à l'Eglise vient de plus loin. Elle est condamnée au nom d'une liberté absolue parce qu'elle affirme que la liberté n'est pas une fin mais un moyen d'aller vers plus d'amour réel entre les hommes.
Les actes qu'elle déconseille conduisent à la perte de relations et au malheur, c'est un fait.

Il est reproché à l'Eglise d'avoir critiqué la liberté de penser des libéraux, des nazis ou des communistes quand ils disaient qu'on peut exploiter les pauvres, exterminer les races inférieures et les handicapés ou liquider les bourgeois et les traîtres. La morale de l'Eglise est la plus exigeante, il n'est pas suprenant que les chrétiens ne soient pas assez à sa hauteur, cela ne devrait en rien qisqualifier son appel à l'amour universel.

Vouloir proclamer la supériorité de la générosité et du refus de tuer ne devrait pas être interdit.

Image rmn : le jugement de Salomon par Poussin

17 09 2007

Un juge pour la police de la pensée citoyenne

Ce juge si attendri par les "enfants turbulents et batailleurs" du 9-3, soutient l'éducation citoyenne obligatoire à l'espagnole qui enseigne si bien " l’égalité notamment entre sexes, de la lutte contre les préjugés - qu’ils soient homophobes, raciaux ou religieux " avec de bien curieux arguments

Sans contester un seul instant que les parents et la famille aient ... un positionnement sur ces sujets - comment faire autrement ?- ,
on ne voit pas de quel droit la puissance publique serait elle-même contestée d’avoir une approche de ces questions. ...
La société à travers l’Etat est en droit d’avoir des valeurs et de les véhiculées (sic) notamment à travers l’enseignement
donné aux enfants. Elles forment le socle de la société civile.
... le religieux n’a d’aucune manière un monopole dans ce domaine, aujourd’hui encore moins qu’hier. Par exemple, la jurisprudence et la législation sur les relations homosexuelles ... refuse la discrimination obtuse qui a fait tant et tant de dégâts ici et ailleurs, durant des siècles.
Cette même société civile ... se pose des questions sur ... sur l’adoption) et elle a raison.
Les églises ... contribuent à enrichir et alimenter cette démarche et c’est une bonne chose qu’il en soit enfin ainsi.
On a quand même souffert trop longtemps de l’obscurantisme religieux
pour qu’il soit question de lui laisser reprendre la main. ... si le laïc n’a pas de point de vue, le religieux en apportera un sans vergogne. ... le laïc ... n’a pas à avoir honte de ses valeurs et se doit de les affirmer. La première étant le respect du droit à la différence, on peut accepter qu’elles ne soient pas partagées
si on ne remet pas en cause les règles d’ordre public qui sont les poutres maitresses de la société ...

En résumé ... Vous avez le droit de "contribuer au débat" (comme repoussoir), mais pas de "prendre la main", en enseignant vos valeurs à vos enfants et en modifiant les "poutres maîtresses de la société"

Pour continuer les réjouissances, ce juge des consciences diffuse son jeu “Place de la loi” ... qui se veut un prétexte pour amener les adultes (parents, enseignants, éducateurs) à échanger sur les valeurs de la République avec les plus jeunes dans une démarche ludique à travers l’équivalent d’un monopoly-trivial pursuit."

Ce respect de la loi et des "poutres", non pas des yeux, mais de la société est une évidence pour lui car il pense beaucoup de bien du syndicat de la Magistrature, de si joyeuse mémoire Freethink : Que pensez-vous de la politisation du Syndicat de la magistrature ?
Jean-Pierre Rosenczveig : C'est une question qui est hors sujet par rapport au thème du chat. ... L'expérience depuis 1968 démontre que s'il y a bien une démarche non corporatiste, c'est bien celle du Syndicat de la magistrature, qui s'est toujours battu pour les justiciables et jamais pour les intérêts des magistrats.
Il oublie juste ceci [contrairement à Socrate]" La loi, nous la violons, ce qui nous permet de la faire avancer. " et cela " Il faut choisir parmi les lois celle qui est au service des travailleurs "

15 09 2007

Découvrir l'amour

Comment savoir si on est amoureux



et conférence sur le corps chrétien par la philosophe Aline Lizotte le 28 septembre à Saint Séverin.
Image

13 09 2007

En cheminant sur internet : 1

Notes de lectures vagabondes sur les richesses du web



Le blog, « leconservateur.bafweb » part de cette phrase « " c'est le passé qui nourrit la haine d' Awa, une sénégalaise de 19 ans: "les blancs ont trop fait souffrir les noirs. Nous, on pourra pas oublier l' esclavage. Peut être que c'est à cause de ça que tout ce qui est blanc, c'est notre ennemi. ", pour faire un écho aux réflexions de Malika Sorel sur communautarisme des immigrés. Du livre qu’elle a publié et présenté sur un blog et dans un entretien accordé au site communautarisme.net on peut retenir cette réflexion parmi bien d’autres : « La violence de jeunes issus de l’immigration est à la hauteur de la violence que le droit du sol leur fait subir, en les affublant d’une identité qu’ils n’ont en réalité pas choisie. » Abimopectore.over-blog.com relève aussi que « De plus, en rejetant systématiquement la responsabilité sur les Français de souche, on a laissé croire, à tort, aux enfants de l'immigration, que les codes et valeurs fondamentaux de la société française pouvaient changer. Il n'est donc pas surprenant qu'ils les transgressent.»



Pendant ce temps là, Chez Luc, Laurent Fabius cherche des bisounours herbivores, non toxiques et politiquement corrects : En ce qui concerne l’ours, moi j’ai toujours… et j’en ai beaucoup parlé avec mes collègues et amis là bas. J’ai toujours été frappé par le fait que euh, on avait, importé euh des ours euh qui étaient carnivores alors que… il existe des espèces d’ours qui sont herbivores et donc je trouve que là on est dans une absurdité totale !

Le pouvoir peut parfois prendre l’air idiot, mais il n’oublie pas les moyens de surveiller et de punir. Les biopuces arrivent au supermarché, le gouvernement allemand avoue penser à envoyer des logiciels espions chez ses citoyens et celui des Etats-Unis se sert de la liste des « personnes dangereuses » pour brimer ses opposants : « Wolf a commencé à enquêter sur la "liste noire" en 2002. "Je m'étais rendu compte que chaque fois que je prenais l'avion, même pour des petits vols intérieurs, j'étais identifiée et ciblée par les agents de TSA (Transportation Security Administration) et à chaque fois on me demandait de les suivre dans un local pour y être fouillée intégralement. Les autres passagers n'avaient pas droit à de telles attentions. C'est au cours d'une ces fouilles qu'un agent TSA lui a dit "C'est pas de notre faute, vous êtes sur la liste. Pas celle des terroristes, l'autre liste." L'autre liste, c'est celle qui recense les journalistes, enseignants, militants, et politiques "qui ont critiqué la Maison Blanche (vu sur le site alter mondialiste rezo.net)



Pour e-deo.net, les ténèbres qui enveloppaient l’âme de Mère Teresa ont permis au Monde d’aller voir sœur Emmanuelle raconter sa propre conversion intérieure. « Le visage de Fawzia était transfiguré. Il y avait en elle une plénitude, la certitude que le Christ était là, près d'elle, et qu'il l'aiderait à élever ses enfants. Je suis rentrée fascinée. Et j'ai pensé à Pascal : le Dieu d'Abraham, d'Isaac, de Jacob se révèle à cette pauvre femme qui chante sereinement ; il ne se démontre pas par un raisonnement intellectuel. Et j'ai pensé à la parole du Christ : "Si vous n'avez pas un coeur d'enfant, vous n'entrerez pas dans le royaume." Cela m'a fait un bien fou. Et je n'ai plus douté »

Pour terminer ce premier parcours en ligne, il faut suivre l’exemple des vitraux et les statues de la cathédrale de Chartres qui reposent en paix dans le sommeil sur une note du carnet de « L’esprit de l’escalier ».

Administration