Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« octobre 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

22 10 2008

Xavier Darcos atténue sa réforme du Lycée

C'est une réforme qui correspond à "l'idéal français", en fait on est loin de l'idéal classique qui veut que ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, mais plutôt du côté du « il faut que tout change pour que rien ne change » et des grands projets ronflants abandonnés discrètement après intervention des différents syndicats.

Modules, semestres, libre choix d'une partie des matières par les élèves, heures spécifiques de soutien, tout cela pouvait promettre des changements de fond des grands équilibres du système.
Dans la pratique les matières et le nombre d'heures de cours devrait rester le même. Les filières actuelles, scientifique, littéraire ou technologiques qu'il s'agissait de casser seraient maintenues. Dans le jeu syndical, le snalc, partisant de la transmission des savoirs considère qu'il a été en partie entendu.

Pour faire le bilan de ce qui change, en dehors des appellations, il y aurait simplement quatre conseils de classe au lieu de trois, et les syndicats attendent que les salaires soient augmentés en conséquence.
Plus généralement les lycées qui le souhaiteront pourront proposer des formations légèrement plus différentes d'un endroit à un autre.

19 10 2008

Déclin et déclinaisons

En ce jour de déclin, voici les déclinaisons de Jacque Brel

16 10 2008

L'échec du réformisme anti pédagogiste, recrutement des professeurs IUFM isé

L’architecture des nouveaux concours de recrutement des professeurs vient d’être révélée, elle donne une large victoire aux pédagogistes et se pare de prétentions à l’économie, 61 millions d’euros de dépenses en moins.

Tout ceci est un cinglant désaveu de ceux qui ont cru au vote Sarkozy. Le projet de réforme de l’éducation nationale par un homme du sérail mais désireux de revenir à une pédagogie de la transmission des savoirs n’a été qu’un faux semblant. La prétendue réforme ne va conduire qu’à une aggravation des contraintes sur les enseignants et les élèves.



Jean Paul Brighelli ou le SNALC critiquent fortement ces projets/
Les six « maquettes » proposées pour le CAPES externe connaissent des variantes, mais ils présentent tous un allègement considérable dans la forme des concours (moins d’épreuves) et le contenu.
Des écrits sur un programme réduit à l’intitulé des programmes scolaire et à une analyse forcément non critique de leur évolution, avec la fin du primat de la composition/ dissertation et introduction possible du QCM.

Les auteurs « considèrent que leurs connaissances théoriques sont garanties par l’obtention du master, ou que les compétences du professeur n’ont pas à excéder celles des programmes du second degré… »

La dimension « didactique et pédagogique » est introduite dans toute les épreuves « les savoirs ne sont plus évalués en tant que tels, c’est uniquement leur « adaptation » à un public donné qui est valorisée. »
60% des coefficients seront confiés à des évaluations orales, ce qui menace l’anonymat et la neutralité de l’écrit.
Il y aura une épreuve de « leçon » mimant un cours d’école ou de collège-lycée et répondant à la pédagogie officielle. Il y aura aussi un « entretien sur la connaissance du système éducatif » et un « mémoire de stage »

Les président d’IUFM ont eu le droit à leur propre projet. Il remet en cause le caractère national des concours au profit de l’idée d’un pilotage par les rectorats, avec « avec une participation forte des enseignants-chercheurs de l’académie […]des universités et des composantes IUFM »

03 10 2008

L'argent de l'Etat sert il à quelque chose ?

Petite histoire de subventions sur la ligne bleue des Vosges.

Il y a un petit fil blanc le long de ce chemin. Même au fond d'un vallon perdu il continue, qui a bien pus se fatiguer à le tirer jusque là ?
C'est en fait une histoire de subventions. Un plan directeur des chemins forestiers par vallées et par versants sera réalisé à partir des mesures de distances réalisés en tirant ces petits fils blancs.
La planification indicative réalisée par ce schéma directeur de desserte forestière permettra d'ouvrir de nouveaux chemins, utilisables par plusieurs petits propriétaires forestiers. 80% du prix du chemin sera payé par l'Etat. Ces schémas couvrent 3,7 millions d'hectares, soit 28 % de la surface forestière française. Derrière tout cela il faut une administration, des plans, des démarches et des contrôles



Un libéral résolu trouvera qu'il vaudrait mieux réduire les impôts et laisser ceux des propriétaires qui le veulent faire eux mêmes et avec leurs voisins les chemins dont ils ont vraiment besoin.
Ceux qui pensent que la société n'est pas capable de résoudre ses problèmes sans l'aide et la sagesse de l'administration et des services publics se féliciteront de cette heureuse initiative routière.
Ils diront que cela permet aux tout petits propriétaires de sortir leurs bois au lieu de les laisser pourrir sur pied. Le problème de fond qu'il s'agit de régler est celui du manque de bois disponible pour les scieries géantes.

Ceux qui se souviennent de la pensée sociale traditionaliste verront aussi qu'il s'agit d'un cautère sur une jambe de bois.
L'origine du manque de bois pour alimenter les scieries se trouve dans la pulvérisation des propriétés forestières sous l'effet du Code Civil. A chaque génération, terres et bois sont divisés de manière égale, au point de devenir inexploitables.
La notion de propriété absolue, est elle aussi un obstacle à la bonne gestion d'un territoire. Le propriétaire souverain peut raser sa forêt et laisser la pluie raviner les sols, planter des épicéas en dehors de leur milieu naturel avec l'aide de subventions, et ne se soucier en rien de ce qui l’entoure.
Une gestion du territoire soucieuse du bien commun suppose que la propriété n’est pas absolue, mais qu’elle doit tenir compte de son environnement.
Même si ces chemins nouveaux sont sans doute une bonne idée, l’erreur de l’Etat actuel est sans doute de confier le soin du bien commun à des élus surtout préoccupés de l’intérêt immédiat de leurs électeurs et à des administrations qui regardent passer les responsables politiques et font souvent surtout ce qu’elles veulent.

Philippe Edmond Plus de renseignements sur ces subventions http://ddaf54.agriculture.gouv.fr/ Accueil > Forêts > Aides de l'Etat et de l'Union Européenne aux investissements forestiers de production > Desserte forestière

Administration