Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« avril 2011
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

06 04 2011

Programme socialiste 2012, éducation : continuer le désastre

Conserver un pédagogisme inefficace.

Il faut réduire encore les redoublements, mettre deux institutrices par classes en primaire pour s’occuper de toutes les victimes de la méthode de lecture a départ global. La formation des enseignants misera sur les recherches pédagogiques qui ont déjà été si efficaces par le passé.
La sécurité serait assurée par des dispositifs de sécurité plus que par de réelles possibilités de sanctions et d’orientation efficace.
La subsidiarité n’est pas non plus au programme. Ce sont les équipes pédagogiques qui auront le pouvoir d’agir et non les enseignants. Une nouvelle sectorisation renforcera la carte scolaire en y intégrant les écoles privées.

Faire de belles promesses.

Revalorisation des métiers et des carrières, des filières technologiques de réussite, grande concertation avec les personnels, les (organisations de) parents et les partenaires de l’école pour co-élaborer un nouveau projet éducatif, cela ne mange pas de pain. En tout cas pour le moment.

Privilégier les établissements des quartiers difficiles

En promettant des primes salariales pour y attirer des enseignants expérimentés. Pourquoi pas, mais encore faudrait il qu’elles soient suffisantes et associées à de réelles garanties de sécurité. Il faut aussi qu’elles tiennent compte de la pauvreté rurale, sans se limiter aux banlieues « sensibles ».

Une étatisation croissante.

A toujours plus de fonctionnaires avec un service public de la petite enfance, des métiers d’accompagnement pour les handicapés. Le service public de l’orientation serait assuré uniquement par des personnels publics, mais avec « une découverte des métiers dès l’école primaire ».

L’école d’Etat contre les familles.

C’est ce que disait le révolutionnaire terroriste Robespierre, ajoutant « Mon fils ne m’appartient pas, il est à la République ». Pour les nationaux socialistes d’Hitler et les communistes de Lénine, il fallait que les enfants soient éduqués uniquement par l’Etat.

Les socialistes français vont dans ce sens. Ils promettent une place en crèche pour tous, plus assistantes en protection maternelle et infantile, même si elles font la terreur des mères pauvres en les menaçant de placer leurs enfants, l’école obligatoire à trois ans, ou la semaine de cinq jours en primaire. Ils veulent réduire le financement des écoles primaires catholiques.
Par contre, encourager les mères qui veulent rester auprès de leurs enfants ne leur est pas venu à l’idée alors qu’il est démontré que c’est meilleur pour le développement des enfants.

15 12 2010

Les laïcistes s’accrochent à leurs privilèges.

Le comité d’action laïque s’insurge ! Un amendement du budget 2011 prévoit que les écoles libres sous contrat ne supporteraient plus que 10% des suppressions de postes de professeurs alors qu’elles accueillent 17% des élèves. Provocation inacceptable, indécente, injuste. Ce comité est une fédération de syndicats, de parents d’élèves mais aussi des délégués départementaux de l’éducation nationale, sorte de commissaires politiques des écoles primaires créés en 1793 et qui sévissent toujours au service du laïcisme et de la lutte contre les langues régionales. Ces messieurs oublient de dire que ce sont les parents qui veulent pouvoir choisir leur école et que c’est l’Etat qui refuse d’ouvrir de nouvelles classes dans le sous contrat pour répondre à cette demande.

29 09 2010

Les écologistes font main basse sur l’enseignement de la géographie

Une pluie d’ours blancs s’est abattue sur les nouveaux manuels scolaires de seconde. On en trouve quatre dans le manuel Hatier pour les secondes publié en 2010 ; quatre aussi chez Nathan, et un chez Belin. Perchés sur leurs glaçons fondants, ils appellent nos jeunes à la conscience écologique et servent l’objectif de nouveaux programmes envahis par la notion de « développement durable ».

Prix à payer pour le ralliement de Nicolas Hulot à Nicolas Sarkozy, résultat d’engagements internationaux ou mise en application du « Grenelle de l’environnement », toujours est il que les nouveaux programmes de géographie ont été entièrement reformatés dans une perspective écologiste. « L’étude du développement durable met en relation le développement humain avec les potentialités de la planète ». Cet axe central du programme de seconde contient une logique massivement malthusienne. Le rapport de l’homme à la nature n’est pas envisagé comme la découverte progressive de nouveaux moyens de répondre aux besoins humains, mais comme la consommation sans retour d’un capital limité qui ne serait pas à mieux partager, mais à libérer de la pression humaine. Cette vision sans espoir d’une planète limitée se retrouve dans un nouveau chapitre du programme d’histoire de seconde. Etudiant l’évolution de la population en Europe, il donne une occasion de rajouter un nouvel éloge de Malthus, ce pasteur protestant qui disait que les pauvres en surnombre ne devraient pas être secourus.

Le programme de géographie contient en lui-même des incitations à la propagande. Demander d’étudier « Les mondes arctiques, une « nouvelle frontière » sur la planète » permet d’insister sur le recul réel de la banquise dans ces régions sans le comparer avec son avancée autour du pôle sud.

Les manuels surenchérissent pour certains d’entre eux avec enthousiasme. Une de leurs plus belles perles pour la route. Une courbe de l’extension de la banquise autour du pôle nord ; graduée de 3 à 7 millions de km2, elle montre courbe allant de 7 millions de km2 en 1980 à la forte chute de 2007 un peu en dessous de 4 millions de Km2 de 1980 (Hachette 5e 2010 doc 1p135). Elle donne donc à l’œil l’impression de la glace est tout près de disparaître du pôle, ce qui est très loin d’être le cas.

15 09 2010

Pas d'argent pour les manuels scolaires en Île de France.

Il faut vingt millions d'euros à cette région qui scolarise un quart des élèves du pays. Impossible de les trouver pour le moment. Une réunion doit se tenir le 30 septembre pour trouver l'argent. Une partie serait versée courant octobre et le reste en janvier 2011.

08 09 2010

Le tutorat des jeunes professeurs n’est même pas mis en place.

Encore un mensonge de l’éducation nationale.

La formation des nouveaux professeurs aurait dû se faire par le compagnonnage de professeurs expérimentés. Pendant deux mois ceux-ci seraient déchargés de leurs cours et présents dans la classe du jeune professeur pour l’évaluer et lui donner des conseils.

Cette solution intéressante était déjà altérée par l’obligation pour le jeune enseignant de faire un service aussi long que les autres. Dans la pratique certains tuteurs ne sont pas libérés de leurs classes et ne peuvent donc que donner des conseils limités.

Du temps, lointain où le tutorat n’était pas saboté par des économies de bouts de chandelle, les jeunes enseignants avaient peu de cours à donner et étaient progressivement mis en selle par plusieurs enseignants expérimentés.

08 09 2010

Mangez cinq fruits et légumes par jour

Les écoles du Québec imposent leurs normes hygiéniques aux "boîtes à lunch" que les parents préparent pour que leurs enfants mangent pendant leur journée scolaire. Une petite fille peut alors ramener le gâteau préparé par sa mère, car il contient des pépites de chocolat. Trop dangereux pour la santé des enfants.

17 06 2010

Mes perles du bac

Pas de correction de bac cette année, mais que de bons souvenirs de l'an passé.

Et n'oublions pas que selon les perles de la pub pour les stylos bic (les plus fiables pour corriger en rouge, couleur constante macabre) : ! "le cerveau a des capacités tellement étonnantes qu'aujourd'hui pratiquement tout le monde en a un"



Une perle d'oral de bac blanc "STI" : Hitler et Staline étant alliés pendant la seconde guerre mondiale, les russes se sont emparés de Paris, avant le débarquement des américains, qui ont repoussé les troupes de Staline, ce qui fait que l'URSS a été complètement dissolue".

Souvenirs de l'inventivité des élèves du bac 2009

Les esprits frais et brillants de cette année, nourris de télé Sarko, de Zemmour, de Cultural Gang Bang et de Fromageplus sauront ils relever le défi ? :

.

- (oxymore) un système de riposte massive graduée
- (poète) A partir de 53 on constate un enjeu de charme et de fermeté dans les relations internationales
- (danger) les EU possèdent la bombe hydraulique
- (projet hasardeux) Nagy prend le pouvoir pour un communisme plus libre
- (sans contradiction) on est en plein dans la guerre froide chaude !!! / on observe donc que les pays de l'union soviétique sont complétement indépendants des pays de l'union soviétique.
- (observateur) Le général mac Carthy lance la « chasse au sorcières » les sorcières étant les communistes
- (raccourci) La détente conduit à la chute du mur de Berlin
- (psychologue) La France choisit donc de s'occuper de ses propres problèmes personnels
- (voyageur) La république Fédérale d'Allemagne a pour capitale berne
- (moraliste) Les valeurs des lumières s'étant égarées dans la barbarie nazie et la collaboration (égarées, mais aussi pleinement réalisées dans ces mouvements)

15 05 2010

Garde à vue pour avoir dit "petit con"

Une conductrice de car scolaire de la région de Calais (Pas-de-Calais) doit faire l'objet d'un rappel à la loi devant un délégué du procureur pour avoir insulté un collégien de 12 ans le 28 avril, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

L'élève avait vivement protesté car il était placé depuis deux jours par la conductrice à l'avant du véhicule, avec d'autres élèves parmi lesquels figurait l'un de ses camarades qui l'aurait agressé auparavant

Le 28 avril, l'élève a affirmé - à tort selon la conductrice - que son père était venu la voir pour lui demander que son fils ne se retrouve plus à proximité de l'élève avec qui il avait eu maille à partir.

Mme Guibon l'a alors traité de "menteur" et de "petit con", a-t-elle reconnu à l'AFP, ajoutant que le collégien avait filmé la scène avec son téléphone portable.

Les parents du jeune adolescent ont, selon elle, porté plainte à la gendarmerie le soir même, avant que la conductrice n'y soit convoquée.
"Je suis fichée, ils ont pris mes empreintes et m'ont pris en photo, pour avoir repris un enfant !" s'est indignée Mme Guibon, conductrice depuis sept ans.

Philippe Schoonaert, directeur de la compagnie de cars qui porte son nom, a jugé les suites de cette affaire "disproportionnées", apportant son soutien à Mme Guibon qui figure parmi les chauffeurs qui ont le moins de problèmes de discipline.
Selon M. Schoonaert, les parents du collégien, qui n'ont pu être joints par l'AFP, ont affirmé qu'il était depuis cette affaire "contrarié", voire "peut-être un peu dépressif".

Le parquet de Boulogne-sur-Mer a confirmé la convocation de Mme Guibon pour "injures publiques" le 30 juin devant un délégué du procureur pour un rappel à la loi, aboutissant in fine à un classement sans suite.

Selon le procureur Jean-Philippe Joubert, le parquet a estimé que la conductrice, qui a minimisé ses propos par rapport à ceux qui apparaissent sur la vidéo, avait eu "une réponse dispropotionnée vis-à-vis d'un mineur victime" de violences de la part de camarades.
Le père du collégien avait demandé à la direction de la compagnie de cars que son fils ne soit plus à côté des camarades qui l'avaient frappé, a-t-il ajouté.
Dans un communiqué de sa vice-présidente Marine Le Pen, le FN "condamne une persécution judiciaire inutile et injuste", exhortant "solennellement le parquet de Boulogne-sur-Mer à suspendre instamment cette convocation ridicule".

19 04 2010

Offensive pédagogiste et politicienne sur le nouveau capes d'histoire géo

Sont Les nouvelles épreuves du capes sont décrites ici par le président du Jury.

Il s'agit d'augmenter la part de l'épistémologie et de la didactique. L'histoire des grands courants de pensée historiques et géographiques et la connaissances des différentes formes de cours auront une place bien plus importante que dans l'ancien système. Les limites seront bien plus floues puis que l'épistémologie sera présente dans les épreuves d'écrit et dans les leçons orales sur documents.

La dissertation passe de 30 à 25% des coéfficients.
Espistémologie et connaissances des programmes appliqués à une situation d'enseignement de niveau lycée passent de 25 à 50 % des coéfficients avec la transformation de la leçon en une exploitation de documents présentés comme s'ils étaient montrés en cours.

La liberté pédagogique est gravement menacée par ce système. L'épistémologie fera hésiter à présenter positivement des courants historiques minoritaires et il faudra bien du courage en didactique pour faire un éloge du cours magistral.

Passant l'Epreuve sur dossier, ancêtre de ce nouveau modèle, j'ai été interrogé sur le négationnisme du génocide des juifs, et j'ai dù "préciser ma position" ( note de PE pour Veille Education ).

Présentation complète des nouvelles épreuves en cliquant sur ce lien

 

Lire la suite

12 02 2010

L'armée doit refaire le boulot après l'Education nationale

« quels que soient les systèmes de reconversion prévus par les armées, six mois après leur retour à la vie civile, les engagés relèvent à raison de 50 % du chômage, taux supérieur à celui des jeunes Français du même âge. Cela se sait et n’incite pas à l’engagement. La faute ? Certes, la reconversion n’est pas prise suffisamment en compte ... , mais la faiblesse du niveau initial des engagés est mise en cause.
Y remédier revient à reprendre une formation initiale portant sur le niveau scolaire, entre autres ».

« Ce ne sont pas alors six mois d’instruction militaire individuelle et collective qu’il s’agit de mettre en œuvre, mais la reprise d’une scolarité mal ou peu dispensée par l’Education nationale.

Source.

12 02 2010

La lettre de Marine le Pen aux enseignants n'apporte pas de solutions concrètes

Marine le Pen en reste a des constats de bon sens, sans apporter de solutions très efficaces, les élèves seront ils plus sages en voyant un policiers ?

Quelques idées de réformes plus nécessaires :

Pédagogie et liberté :
- Organiser la diversité pédagogique en donnant aux parents, aux profs et aux enseignants la possibilité de choisir les méthodes employées dans l'école qu'ils auront choisie.
- Assouplir fortement le cadre des programmes d'enseignement
- Passer au chèque éducation avec une prime pour les enfants pauvres.

Discipline et violence :
- Rendre attractifs les postes en banlieue par une hausse de salaire et des décharges horaires.
- Rendre aux professeurs le droit d'accepter ou non un élève dans un niveau ou dans une classe.
- Permettre à un élève exclu du système d'y revenir après quelques années de vie professionnelle.

Orientation :
- Publier les résultats d'emploi des différentes filières d'études à partir d'une enquête auprès de la sécurité sociale.
- Etablir un examen d'entrée au collège, au lycée ou en fac avec notation anonyme et sujets nationaux.
- différencier les filières et conditionner leur accès aux notes reçues lors des divers examens de passage d'un niveau l'autre.

Revalorisation du métier :
- Augmenter le salaire des professeurs, en augmentant le nombre d'élèves par classe et en diminuant le nombre d'heures de cours et en tenant compte du coût de la vie dans les grandes villes.

Immigration :
- Intégrer dans les cours l'étude des règles de sociabilité et de comportement dans les pays d'origine, mais surtout en France, en particulier dans le milieu professionnel.
- Refuser l'inscription d'élèves enfants de sans papiers et s'attaquer reéellement aux employeurs de clandestins, même quand ils travaillent dans des ministères(Un salaire de clandestin en France permet de se payer une meilleure école au pays qu'en France.
- Lutter réellement contre la polygamie.

07 02 2010

Cent professeurs, et pas un ordinateur

Chose vue au cours d'une journée de "formation" de l'Education Nationale.

Une centaine de professeurs, et pas un seul n'est venu avec un ordinateur pour prendre des notes.

La dernière génération formée avec du papier et des crayons a du mal se faire à l'idée qu'elle parle à la première génération d'enfants qui penseront en symbiose avec des ordinateurs.

Il est passionnant de s'apercevoir que cette génération transitoire est aussi celle qui va inventer une nouvelle pédagogie.
Et que l'Education Nationale ne s'en est pas vraiment rendu compte.

19 01 2010

Exclusif : avant projet des nouveaux programmes d'histoire géographie au lycée

Nous avons pu nous procurer un compte rendu de réunion de préparation des nouveaux programmes d’histoire.

 

Il s’agirait d’étudier « les mondes dont nous venons » avec une réduction de la place accordée au christianisme, une réévaluation des questions sociales et l’apparition de sujets d’étude plus lointains.

Le choix d’études thématiques et ponctuelles est renforcé au détriment de la continuité chronologique.

L’histoire serait mise au service d’une formation citoyenne et la géographie serait pensée comme une introduction au développement durable.

 

Il ne s’agit pas d’un projet déjà ficelé, mais d’une trace des réflexions en cours. Cet avant projet a été examiné par des commissions de travail composées d’inspecteurs avant le 20 janvier.

 

Cet avant projet fait partie du processus classique d’élaboration de nouveaux programmes scolaires, mais tout ceci se fait dans une certaine précipitation. Consultation publique du 8 février au 15 mars et passage au Conseil supérieur de l’enseignement le premier avril (cela ne s’invente pas). Ces programmes seront mis en application à la rentrée prochaine et sont conçus avec ceux des classes de première.

 

Une transformation des programmes est rendue nécessaire par la suppression de l’histoire en terminale S et le prolongement d’un quasi tronc commun en première.

Pour rendre attractive l’option histoire en terminale S, il est prévu de l’orienter vers la préparation des concours des écoles de commerce ou de sciences politiques ; soit tout à fait le contraire de l’ambition affichée de la réforme de la filière S.

 

Etudier « les mondes dont nous venons ».

Les programmes actuels de seconde cherchaient dans le passé les « fondements du monde contemporain » : démocratie athénienne, christianisme, échanges entre civilisations en Méditerranée au XIIe siècle, expériences politiques de la Révolution française.

Il s’agirait maintenant d’élargir le regard vers les « mondes perdus », des Celtes d’avant Jésus Christ à la Chine des Ming ou à la Mexico des Aztèques.

Cet élargissement est sans doute à relier aux débats actuels sur l’identité nationale et à l’idée que les élèves devraient connaître « les mondes dont nous venons » suivant l’idée exprimée par Eric Besson.

« la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage »

Le projet d’un croisement entre géopolitique et civilisation en terminale serait rendu tout à fait utopique par l’absence d’une présentation structurée du développement de la civilisation française et européenne.

 

Choix de thématiques contre la continuité chronologique.

L’option préférentielle pour des programmes thématiques serait encore renforcée. Les programmes actuels concernaient des périodes brèves, pensées pour être traitées de manière thématique.

L’avant projet que nous avons sous les yeux est entièrement organisé autour de thèmes : le peuplement de la terre depuis la révolution néolithique, l’invention de la citoyenneté dans l’antiquité, traces de la civilisation rurale de l’occident chrétien. Ils seraient suivis des classiques « nouveaux regards sur l’homme et le monde » de la Renaissance et de « Révolutions, Liberté et Nations ».

 

Des études ponctuelles.

Les cadres et les repères sans doute chronologiques seraient présentées en début de thème, avant des études ponctuelles : La grande peste de 1348, naître et mourir en France du XVIe au XVIIIe siècle. Pour la renaissance, l’avant projet pense à des études de villes comme « Venise porte de l’Orient » ou « Constantinople vers 1453 » et à la présentation d’un « humaniste » d’un savant ou d’un explorateur.

Il s’agirait de sortir de l’aspect descriptif de l’étude de l’histoire pour parvenir à une étude problématisée, et prévue pour préparer au fonctionnement universitaire, des élèves qui sont supposés avoir reçu au collège de grands repères chronologiques et spatiaux.

 

Une mise au service d’une formation citoyenne.

Les choix de sujets montrent qu’il ne s’agit pas d’étudier des périodes et une progression historique suivie, mais d’aborder des termes utiles à une formation citoyenne.

Cela revient à écarter certains sujets, la trop peu pacifique Méditerranée au XIIe siècle, la notion médiévale de liberté fondée sur des contrats précis et consentis entre sujets et gouvernants ou surtout le chapitre sur la naissance du christianisme qui était déjà devenu optionnel. L’idée d’une étude des cultures (au pluriel) et des religions dans le programme de première est encore discutée.

Par contre certaines approches sont plus fortement mises en valeur. On parle de la « Grande Révolution », elle doit être française, de rapports de domination au Moyen Age ou de l’idée républicaine en France de 1889 à 1989, sans se soucier des autres courants de pensée politique français.

 

La géographie comme introduction au développement durable.

L’approche problématisée dans le sens des questions politiques du moment est encore plus marquée dans l’avant projet de programme de géographie de seconde.

Les sujets de géographie générale abordés actuellement resteraient les mêmes mais seraient tous reliés à la question du « développement durable ». Cet éclairage qualifié de « transversal et pertinent » permettrait de ne pas redire ce qui est prévu pour la classe de cinquième.

Besoins de nourriture pour 9 à 10 milliards d’hommes, développement inégal et développé, ressources en eau et en énergie, ces questions seraient abordées en tenant compte d’une dimension prospective, malgré les incertitudes actuelles sur la pertinence des modèles de prédictions numériques.

Aménager une ville durable, étudier les mondes arctiques comme une « nouvelle frontière » sur la planète ou rechercher « d’autres formes de développement » conduit nécessairement à l’étude de prises de positions ou de choix qui sont politiques. Il s’agirait de les présentés comme des « questionnements ».

06 01 2010

Surdiplômées, elles restent à la maison.

C’est un article du site de Valeurs actuelles qui signale ce mouvement des femmes qui préfèrent voir grandir leurs enfants plutôt que d’utiliser leurs diplômes pour faire carrière.
600 000 parents utilisent le congé parental de trois ans que le gouvernement voudrait réduire, et le nombre des « femmes au foyer est passé de 2.2 à 3 millions en dix ans.
L’article donne plusieurs témoignages de femmes qui ont choisi de s’arrêter et montre que la remise en valeur de la maternité et de l’allaitement traverse tous les pays occidentaux.

09 12 2009

Histoire supprimée en teminale S : Mensonges de l'UMP et négation de l'indentité nationale

Une société qui se désintéresse de l'histoire est particulièrement vulnérable à la manipulation idéologique. Pour Benoît XVI, notre société positiviste et matérialiste rêve encore d'un paradis sur terre fondé sur la fuite du passé et des acquis de l'expérience humaine.

L'UMP continue en tout cas à croire qu'il suffit de mentir pour faire passer ses projets. Dominique Paillé affirme sans rire qu'il n'y a pas de diminution de l'enseignement de l'histoire géographie. En tout cas on ne peut pas l'accuser d'avoir un bon niveau de calcul.

Les élèves de la filière S perdront en effet une heure et demie d'enseignement par semaine en histoire géographie sur l'ensemble de leurs années de lycée.

Moins zéro virgule cinq en seconde, plus un virgule cinq en première et moins deux virgule cinq en terminale = moins une heure et demie.

L'incohérence de la politique gouvernementale est soulignée par de nombreux intellectuels. Créer d'un côté un musée de l'histoire de France, des « référents culture » dans les lycées et de l'autre priver des élèves d'un large accès aux humanités.

Le très maçonnique parti radical de gauche proteste en disant que « dans une République laïque et solidaire, l'humanisme ne peut pas être une option ».

Incohérence aussi quand il s'agit de faire des économies en réduisant les heures d'enseignement alors que la suppression de la TVA dans les cafés coûtera le prix de l'ensemble du budget du ministère de la culture.

Cette bataille contre la réduction des heures d'enseignement dit « magistral », en histoire, mais aussi dans les matières scientifiques cache aussi un conflit à propos des méthodes d'enseignement.

La réforme est présentée comme un moyen sans doute très inefficace de réduire l'attractivité de la filière scientifique, taxée d'élitisme.

Les syndicats pédagogistes et la Peep et la FCPE qui disent représenter les parents d'élèves se réjouissent aussi d'une réforme qui apportera deux heures d'accompagnement personnalisé aux élèves à la place des cours. Les « bons lycées » sélectifs continueront à transmettre des connaissances et les autres feront du replâtrage.

Suite à une pétition d'intellectuels publiée dans le journal du dimanche, une large mobilisation civique proteste contre cette réforme. On peut signer la pétition de l'APHG, association des professeurs d'histoire géographie ou  écrire directement au ministre de l'Education Nationale.

Administration