Peut on emprunter à tout va pour atténuer les effets de la crise, et continuer la ronde des emprunts pour consommer plus en gagnant moins ?
Le déficit courant de la France était de 20%, avec Sarkozy et la crise il parvient à 30% de déficit des recettes face aux dépenses soit 120 milliards, plus que pour l'armée et autant que pour l'Education.

La situation était dix-sept-cent-quatre-vingt-huit-esque, elle devient grandiose.
C'est ce que je disais avec mes élèves en novembre 2005, chiffres actualisés :
- En 1788 quel est le déficit des recettes par rapport aux dépenses ? - 20%
- ( Un de mes élèves me demande ) - et qu’en est il aujourd'hui ? - 30%. La différence tiendrait dans la charge de la dette : 45% à la veille de la révolution et une CESSATION DE PAYEMENTS en 1788, 30% aujourd'hui, mais ce chiffre ne tient pas compte des retraites non provisionnées des agents de l'Etat, ni des déficits actuels et futurs des comptes sociaux. - ( Un jeune beur ) Mais alors qui va payer nos retraites ? - Ce sont d’abord celles de la génération 68 que vous et moi alons devoir payer.

Compté, mesuré, pesé (Livre de Daniel), un jour il faut payer. Les blogs libéraux à l'autrichienne soulignent le fait que la bulle de crédit est très loin d'avoir été soldée et que les Etats essaient de la gonfler encore pour retarder une échéance inévitable.
medium_deficit.jpg
Necker, en joueur de bonneteau, trompe Louis XVI sur les comptes du royaume.

Il n'y a que deux solutions.

La révolution française a écarté Louis XVI, vendu les biens de l'Eglise qui ne lui appartenaient pas, remplacé la monnaie par des billets de papier assignats et en a imprimé mille fois plus que nécessaire.
Résultat, une formidable inflation. Ceux qui avaient prêté au roi, se sont retrouvés remboursés en monnaie de singes.

La Lettonie n'a pas les moyens de ne pas rembourser ses créanciers.
Elle baisse les dépenses de l'Etat de 40%, tous les salaires des fonctionnaires baissent de 20% et une université complète le plan par la hausse de 20% des droits d'inscription et le licenciement de 10% du personnel.
Et ils ne se révoltent pas.
En lettonie nous en avons vu d'autres.