Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« novembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

30 11 2007

Enterrement d'Anne Lorraine

Les obsèques auront lieu le samedi 1er décembre à 14h00 en la cathédrale de Senlis (Oise). Ni fleurs ni couronnes mais peut faire un don en faveur de Caminos de Esperanza.

Article de mon ancien blog sur Caminos de Esperanza

Il a suffi d’une seule personne, qui est restée en Colombie après une mission humanitaire, pour créer un point de progrès dans un bidonville.
medium_caminos.jpg
La situation de violence et d’abandon qui règne dans les bas fonds d’une ville pétrolière où il est difficile de trouver du travail pour tous peut se moditifer. L’association « Caminos de Esperanza », née autour de l’enracinement sur palce d’une personne, acueille les enfants, leur trouve des parrainages scolaires, organise des activités ( pour la journée de la dignité de la femme, à la piscine ) et crée un dispensaire.
medium_jour_de_la_femme.jpg
Les participants, des enfants colombiens aux français en mission découvrent toujours plus leur dignité en construisant une activité, une équipe de foot qui gagne des matchs face à l’équipe universitaire par exemple, mais aussi, pour ceux qui le souhaitent par une vie spirituelle active, du chapelet à la future chapelle.
medium_foot.jpg
La vie chrétienne discrète, mais profonde des parent de la fondatrice de l’association a porté des fruits étonnants. C'est la charité à la manière de Benoit XVI, modeste, mais efficace. A nous d’aller, chacun à notre manière dans la même direction d’activité et de profondeur.

30 11 2007

Elle s'appelait Anne-Lorraine Schmitt (par Gérard Gachet)

Bien sûr, comme tout le monde, j'avais été choqué et ému dimanche, en entendant à la radio qu'une jeune étudiante en journalisme avait été retrouvée en fin de matinée, agonisante, dans une rame du RER D en gare de Creil, après avoir été frappée de nombreux coups de couteau. Et relativement soulagé d'apprendre, dès le lendemain, que son assassin, blessé au cours de l'agression, avait été arrêté avant de passer aux aveux. Mais le pire, pour moi, restait à venir.

Le pire, je l'ai appris hier après-midi. Le pire, c'est que je connaissais cette jeune fille, que j'avais eu le temps de juger et d'apprécier pendant les deux mois de stage qu'elle fit l'an dernier à Valeurs Actuelles, dont je dirigeais alors la rédaction. Elle s'appelait Anne-Lorraine Schmitt, avait 23 ans, et faisait partie de ces enfants qui semblent n'être nés que pour combler leurs parents de joie et de fierté. Aînée d'une fratrie de cinq garçons et filles, elle avait effectué une année de classe préparatoire à la Maison de la Légion d'Honneur de Saint-Denis avant d'être reçue à l'Institut d'Etudes Politiques de Lille, puis d'intégrer à l'automne 2006 le Celsa, l'excellente école des sciences de l'information et de la communication dépendant de la Sorbonne.

Durant son stage, elle avait frappé toute la rédaction par sa culture générale, sa maturité, son exigence vis-à-vis d'elle-même. Une exigence qui lui venait probablement de sa foi : profondément croyante, Anne-Lorraine s'était fortement engagée dans le mouvement scout. Ce qui ne l'empêchait nullement d'être une jeune fille de son temps, charmante, brillante et appréciée de tous.

Dimanche matin, ses parents l'attendaient sur le quai de la gare d'Orry-la-Ville pour aller en famille à la messe. Un délinquant sexuel récidiviste d'origine turque, déjà condamné en 1996 à cinq ans de prison pour un viol commis sous la menace d'une arme sur la même ligne du RER, aura donc brisé leurs vies en même temps que celle de leur fille. Mais Anne-Lorraine aura été courageuse jusqu'au bout : en se défendant, en empêchant son agresseur de parvenir à ses fins, elle aura réussi à le blesser en retournant son arme contre lui, ce qui devait permettre son arrestation ultérieure.

Article du blog de Gérard Gachet

26 11 2007

Un très court chemin vers le ciel

Une jeune femme catholique est morte assassinée dans le RER, après s'être courageusement défendue contre celui qui voulait la violer.
Le Salon Beige et Polydamas nous en font le récit.
Ce don du courage au moment essentiel et pour l'essentiel, est très mystérieux. C'est ce que nous demandons en disant "maintenant et à l'heure de notre mort".
Cela nous rappelle aussi que nous ne connaissons pas l'heure du grand bilan de notre vie et que, suivant le livre de la Sagesse, chapitre 4, 16-17
"la jeunesse arrivée si vite à la perfection condamne la longue vieillesse de l'homme injuste.
Ils verront la fin du sage, mais sans comprendre les desseins de Dieu sur lui, ni pourquoi le Seigneur l'a mis en sûreté
."


(Saint Pierre soignant Sainte Agathe)

C'est aussi une occasion de rappeller le souvenir d'autres jeunes filles tuées en défendant leur pureté
Sainte Cécile qui "déclara à son mari Valérien, la nuit de ses noces, qu'un ange veille sur sa virginité, et que seul le baptême permet de voir cet ange. Refusant de sacrifier aux dieux, elle fut condamnée à être décapitée."
Sainte Agathe "Très jeune, elle décide de conserver sa virginité afin d'honorer Dieu. Plus tard, elle repousse les avances du gouverneur de la ville de Catane" et fut martyrisée. (source)
Plus près de nous, le pape Jean-Paul II a en effet canonisé en 1987 une jeune Polonaise, Caroline Kozka, assassinée en 1914 par un soldat russe, en défendant sa virginité" et sainte Maria Goretti qui obtint la conversion de son meurtrier.

en n'oubliant pas tout ce qui peut faire naître des violeurs en série dans notre monde actuel.
Prions pour elle, pour sa famille et aussi pour son assassin

Administration