Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« septembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

15 09 2007

Dossier : le débat sur le communautarisme catholique

C'est une recherche d'un équilibre intérieur à la quelle beaucoup ont participé. J'espère qu'ils ont sur montrer qu'on pouvait prendre sur ce sujet des positions différentes sans oublier la charité fraternelle et le sens de l'action commune "Pour qu'Il règne" le plus possible dans nos coeurs, nos vies, et dans ce monde qui attend son retour.
Communautarisme catholique. voulu, subi, souhaitable?. (Permanences +) L'action (des) catholiques est naturellement communautaire mais ne doit pas s'y cantonner.. Un lieu de repos (Présent), Un équilibre a trouver entre conscience de soi, action commune et refus de se faire exclure de sa communauté nationale (Ichtus). Nécessaire circulation entre structures de conversion et structures d'action [en me faisant l'écho d'une conversation avec Mgr Rey), l'identité fonde la communauté qui engendre la mission] (Cyril Brun)
Une dénonciation par jacques de Guillebon (la nef): Continuer à être des agneaux parmi les loups et à évangéliser, au lieu de se prendre pour une "oumma". Contre le ghetto bourgeois, l'acceptation du multiculturalisme et la culture de la contestation anti étatique [la mission fonde l'identité et la communauté] -commentaires sur l'article-. Les épées contre la pilarisation laïcisante. Un pouvoir séculier dédaigné? Pas de parti catholique. Une inévitable dissidence face aux lois injustes?. Une réalité sociologique et une influence américaine (Grimpret)
Points de vue alter-catholiques
L'Eglise et la démocratie
. La dissidence catholique contre l'Eglise instituée. le point de vue de l'extrême gauche catho de Golias.

09 09 2007

La foi n'est pas une valise qu'on peut perdre ou retrouver

Certains disent "j'ai perdu la foi", et même parfois "comme une vieille robe qui tombe", négligeant le fait que la foi n'est pas d'abord un sentiment, mais une décision de la volonté, un choix de faire confiance à ce Dieu ruissellant d'intelligence et d'amour qui se révèle à travers ses apôtres. Les doutes terribles de Mère Térèsa ou de Soeur Emmanuelle en sont un témoignage extra-ordianire. Heureux ceux qui croiront sans avoir vu. Mère Térèsa la foi perdue et choisie. Commentaires de soeur Emmanuelle. "Je continuais à prier : tu ne m'aides pas, Seigneur ! Aie pitié de moi ! J'étais déchirée entre mon coeur, toujours attaché à la foi, et mon esprit qui en réclamait des preuves." "C'était un soir d'hiver et la soeur, dans un lit défoncé, tentait de se réchauffer quand une mélopée s'est élevée de chez Fawzia, sa voisine. La soeur s'est levée discrètement et la scène qu'elle a découverte alors l'a marquée à jamais. Près d'un feu qu'elle venait d'allumer, la jeune femme chantait les phrases de l'Evangile que lui lisait son mari, leur petit garçon faisant ses devoirs par terre". "Le visage de Fawzia était transfiguré. Il y avait en elle une plénitude, la certitude que le Christ était là, près d'elle, et qu'il l'aiderait à élever ses enfants. Je suis rentrée fascinée. Et j'ai pensé à Pascal : le Dieu d'Abraham, d'Isaac, de Jacob se révèle à cette pauvre femme qui chante sereinement ; il ne se démontre pas par un raisonnement intellectuel. Et j'ai pensé à la parole du Christ : "Si vous n'avez pas un coeur d'enfant, vous n'entrerez pas dans le royaume." Cela m'a fait un bien fou. Et je n'ai plus douté. En tout cas, jamais durablement." Et puis le tsunami de décembre 2004. "Là encore, je me suis tournée vers Lui : "Seigneur, tu as fait ça ? Mais pourquoi ? Pourquoi ?" J'étais abasourdie. J'ai longuement réfléchi. Et je me suis dit qu'au fond, en une minute, des dizaines de milliers d'hommes sont entrés dans une éternité de joie, d'amour et d'harmonie. Nous sommes des taupes qui ne voyons que le court terme sur terre. Dieu, lui, voit l'éternité." Mais ce sourire, Soeur Emmanuelle ! Cet éternel sourire de Mère Teresa que vous-même aviez trouvé si apaisant et dont nous apprenons aujourd'hui qu'il n'était autre qu'un "masque" ? "Elle le faisait par amour. Elle le donnait ! Elle savait qu'il était la plus grande consolation pour ceux qui allaient mourir. + Autres extraits chez David Fontey

Administration