Le député martiniquais, au nom des très réelles souffrances vécues par les noirs aux Antilles, accuse Claude Guéant de réveiller les HLPSDNH et le nazisme.
Il dit préférer la France de Voltaire.

Il oublie ses investissements dans la traite, son apitoiement hypocrite pour le « nègre du Surinam », qui explique que les noirs ne sont malheureux que parce que les fétiches chrétiens les ont convaincus qu’ils étaient de même origine que les blancs et qu’ils vendent leurs enfants comme esclaves, ce qui dans d’autres textes de Voltaire, justifie qu’on réduise en esclavage ces êtres qui sont moins raisonnables que les blancs européens :





Les albinos ... habitent au milieu de l'Afrique ... les nègres en attrapent quelquefois et nous les achetons d'eux par curiosité ... leurs yeux ne ressemblent en rien à ceux des autres hommes, mais ils approchent beaucoup des yeux de perdrix. Ils ressemblent aux Lappons par la taille, à aucune nation par la tête, puisqu'ils ont une autre chevelure, d'autres yeux, d'autres oreilles; et ils n'ont d'homme que la stature du corps, avec la faculté de la parole et de la pensée dans un degré très éloigné du nôtre. Tels sont ceux que j'ai vus et examinés. " Essai sur les moeurs 1756 Tome 1, pages 6 à 8
"Les Samoïèdes, les Lappons, les habitants du nord de la Sibérie, ceux du Kamshatka, sont encore moins avancés que les peuples de l'Amérique. La plupart des Nègres, tous les Cafres, sont plongés dans la même stupidité, et y croupiront longtemps." Essai sur les moeurs 1756 Tome 1, page 11