"douze ministres socialistes sur dix-sept du Front populaire seront exclus de la SFIO à la Libération; une partie du Front populaire est devenu collaboratrice ...

C'est l'inverse exact de ce que dit Martine Aubry reprochant à Marine Le Pen de parler d'invasion à propos des prières dans la rue : "Je suis très choquée, quand on sait qu'elle appartient à un parti (fondé en 1972) qui n'a pas eu, pendant cette période dont elle parle, l'attitude républicaine et de défense de la France (comme le parti communiste, allié de l'Allemagne de 1939 à 1941)", a affirmé la maire de Lille.
"Donner des leçons aux petits-enfants de ceux qui ont libéré Marseille par ceux qui appartiennent à un parti qui a collaboré, c'est scandaleux. c'est une fois encore la volonté de diviser"

Elle devrait pourtant savoir que le père de Lionel Jospin, Robert Jospin était l'un de ces socialistes qui sont restés pacifistes jusqu'en 1945, aux côtés des allemands.

Martine Aubry devrait lire Simon Epstein pour son édification, voici des extraits des travaux de cet historien :

Quand la LIgue Contre l'Antisémitisme (devenue aujourd'hui LICRA) se constitue à la fin des années 1920, elle recrute des Juifs et des non-Juifs.
Quel est le secteur d’opinions français où on trouve le plus facilement de gens qui condamnent l’antisémitisme et qui vont rejoindre à la LICA ? Ce n’est pas l’extrême-droite, c’est la gauche humanitaire. La gauche humanitaire qui est aussi la gauche pacifiste. ... Une corrélation très forte existe entre pacifisme et antiracisme. Et les dirigeants de la LICA le disent. Cette harmonie entre pacifisme et antiracisme se brise en 1933, plaçant la LICA devant un dilemme absolument catastrophique.
1933, c’est la prise de pouvoir par Hitler en Allemagne. Le pays avec qui on veut faire la paix - car les Français pacifistes veulent faire la paix avec l’Allemagne - cette Allemagne-là est devenue nazie. Pour la première fois, un conflit entre deux ordres de valeur apparaît : l’amour de la paix et l’amour des Juifs. Une partie choisit l’amour de la paix comme Luchaire (dirigeant des jeunesses du parti Radical socialiste) qui quitte la LICA, et se fâche avec Lecache. Victor Margueritte aussi quitte la LICA et dit : « C’est peut-être vrai que 600 000 Juifs en Allemagne sont malheureux, mais ce n’est rien comparé à ce qu’impliquerait une nouvelle guerre franco-allemande, c’est-à-dire des millions de morts en Allemagne, des millions de morts en France. Je dis à mes amis juifs calmez-vous avec votre histoire d’antisémitisme en Allemagne ». C’est un choix délibéré : la paix vaut mieux que l’antiracisme. ...

quand on écrit un livre sur la collaboration, on présente les collaborateurs comme des personnages odieux, si le collaborateur est d’origine maurassienne, ou d’Action française, alors on dit qu’il est maurassien. En revanche, si le collaborateur vient du parti socialiste, et ils furent nombreux, s’il vient du communisme il y en a eu beaucoup, on mentionne uniquement la profession

Simon Epstein, historien israëlien, conférence organisée par la LICRA, 12 février 2009 (Lien mort, archives unvoyageauliban)