Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« décembre 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

22 12 2010

Pas de cadeaux de noël pour la liberté sur internet.

La loi d'orientation et de programmation sur la sécurité intérieure dite lopsi contient deux dispositions qui menacent la liberté d'expression sur internet. Il s'agit d'autoriser la police à installer des logiciels espions dans les ordinateurs de citoyens visés par la justice et de créer une liste de sites interdits de diffusion en France.

Pourquoi l'idée d'une liste noire de sites pédo pornographiques est elle contestée ?
En théorie, il s'agit d'obliger les fournisseurs d'accès à bloquer certaines adresses internet. Les opposants aux listes noires disent que cela risque d'encourager l'utilisation de réseaux cryptés.

Dispose t'on d'un retour d'expérience sur ce type de dispositions ?
L'Australie, qui a déjà mis en place une liste noire secrète a vu celle ci fuiter rapidement. La publication de cette liste a fait de la publicité aux sites pornographiques visés. Elle a surtout montré que le gouvernement avait commencé par bloquer un site pro-vie. Un internaute s'était déclaré choqué par des photos d'enfants avortés.

Quelles sont les alternatives à ce type de mesures ?
Certains considèrent que cette loi se trompe de cible en visant le tuyau plutôt que la source ou la cible. Ils demandent que soient visés les serveurs ou ceux qui les alimentent.Le fait qu'une directive européenne rende obligatoire l'enregistrement de toutes les adresses consultées par tous les abonnés permet aussi de repèrer ceux qui consultent ces sites.

Quelle est la principale revendication des opposants à ces mesures ?
Des sites comme la Quadrature du Net demandaient que des éventuelles interdictions soient décidées par l'intermédiaire d'un juge. Celui ci, pourrait mener un débat contradictoire et faire la distinction entre l'exploitation des victimes de la pornographie la liberté d'expression dans les domaines où elle est nécessaire.
Sans le filtre de l'autorité judiciaire, un site de publication de documents comme wikileaks a du souci à se faire.

Le gouvernement cherche t'il d'autres moyens de contrôler internet ?
Un rapport vient d'être remis au premier ministre pour savoir si la France a les moyens juridiques d'interdire a des serveurs installés sur son sol de diffuser Wikileaks. Le gouvernement utilise aussi au CSA pour tenter d'interdire les sites de vidéo à la demande.

Nicolas Sarkozy craint t'il de se donner une mauvaise image avec cela ?
Il cherche en tout cas à donner le change en invitant des blogueurs influents et en leur promettant une place dans un futur Conseil National du numérique ou un G8 du web.

15 12 2010

Les propos de Marine Le Pen, un éléphant blanc au milieu de la pièce.

Nous donnons la parole au blog fromageplus
- Un éléphant ? Au milieu de la pièce ? Haha, mais non voyons ! Vous êtes un plaisantin, mon ami. Reprenons, voulez-vous. Ho, regardez, là, sur votre cravate : une tache !
[- Gérard, ça ne prend plus. Tout le monde a vu l'éléphant. C'est trop gros. Il va falloir expliquer maintenant ce qu'il fout là.]
- Hé bien, euh…, c’est, c’est… euh… c’est notre nouveau directeur du personnel ! Messieurs, veuillez accueillir, euh

C’est un peu l’impression qu’a fait le JT de France 2, 14 décembre 2010. Au blogueur fromageplus.

Cela fait des mois et des années que le phénomène des prières dans les rues de la Goutte d’Or existe, que tout le monde ment à ce sujet [non non non ça n'existe pas, non non non], soudain Pujadas, la bouche en cœur, annonce que les rues bloquées de la Goutte d’Or ne sont un mystère pour personne, qu’elles existent depuis longtemps, et qu’elles posent un problème bien précis : l’insuffisance de lieux de prière pour les musulmans. Ce mec n’a vraiment honte de rien.

S’ensuivit un discours visant à donner à l’islamisation manifeste de l’espace public les atours irréfutables de l’inégalité sociale à l’œuvre dans la société. On vit passer les beurs de service, les sociologues en polyuréthane expansé, les antiracistes payés-pour, les spécialistes-de à moitié analphabètes,

On voyait bien que les fronts s’épongeaient, que les regards paniquaient secrètement, bref que tout le monde est en train de faire dans son froc depuis que la fille Le Pen a dérapé. Elle a tellement bien dérapé que c’est tout un pan du village Potemkine qui a été emporté par son dérapage

Le socialisme, c’est génial. L’islamisation est une chance pour l’avenir de la France. Toute cette joie, tout ce bonheur, moi ça me bouleverse.

Fin de citation

Jean François Kahn est moins bouleversé. Pour lui c’est l’Elysée qui commande la manœuvre. Le pouvoir agirait discrètement sur les vagues du microcosme médiatique. Marine est ouvertement favorisée par France 2 contre Gollnish, elle monte dans les sondages, il faut alors la rediaboliser en faisant mine de s’indigner pour une déclaration tout à fait habituelle dans les discours du Front National

15 12 2010

Les ouvriers français victimes de la mondialisation

L’ouverture des frontières permet d’agiter la menace de délocalisations pour refuser des augmentations de salaires et pour imposer des restructurations brutales. Petit retour sur quelques actualités oubliées.

Venarey les Laumes, petit bourg de la Bourgogne profonde abrite une usine de tubes métalliques, des ouvriers aux trois huit, et une grève de dix jours pour 20 euros d’augmentation. Celle-ci a été refusée. Les syndicats n’ont plus de caisses de solidarité pour permettre a des ouvriers de tenir plus longtemps. Les dividendes versés aux actionnaires ont par contre augmenté de 1007% en six ans selon le reportage de France 2 sur le sujet. Le retour que Rue 89 fait sur un certain nombre de fermetures d’usines très médiatisées précise le tableau d’une forte pression sur les ouvriers français.

Les anciens de l’usine Continental, près de Compiègne ne se reclassent pas à 1600 euros brut, soit 80% de leur ancien salaire, mais autour de 1300 euros. Ils sont aussi victimes de refus d’embauche d’ouvriers considérés comme des « casseurs ». Certains d’entre eux avaient saccagé la préfecture de Compiègne. Les anciens de l’usine Molex de Villemur sur Tarn qui ont retrouvé du travail ont aussi connu une nette baisse de leurs salaires.

Dans l’usine Renault de Sandouville, la pression des délocalisations se fait sentir d’une autre manière. Le chômage partiel est largement utilisé en cas de besoin et l’usine attend depuis longtemps l’installation promise de la fabrication de nouveaux véhicules. Pendant ce temps Renault développe ses usines turques. Le salaire de Carlos Ghosn représente 557 fois le smic et 9 millions d’euros.

Géographiquement ces usines sont situées dans la France pauvre et largement ignorée par les médias des petites villes de province. Christophe Gully en parle dans son livre fractures françaises qui souligne que les banlieues ne sont pas les territoires français les plus pauvres. Des journalistes de gauche comme ceux de Rue 89 font donc le constat de la détresse des ouvriers français, sans se poser la question de la remise en cause du libre échange et du poids de l’immigration. Ils ne posent pas non plus le problème d’une assemblée nationale qui ne contient aucun député ouvrier.

L’idée chrétienne sociale d’une représentation politique des différents métiers serait pourtant un bon moyen de donner une voix a ces ouvriers dont on ne parle que pour dire qu’ils disparaissent.

15 12 2010

Du pain, des jeux et des mosquées à Paris.

Le soutien aux catholiques n’est pas réellement une priorité budgétaire. Le site la Tribune de l’art commence une série de notes sur l’état des Eglises de Paris. Il en profite pour signaler que Delanoé consacre encore moins d’argent à leur entretien que Chirac 11,5 millions d’euros par an. Pendant ce temps là il va mettre 20 millions d’euros dans une nouvelle grande mosquée et 200 millions pour le nouveau stade Jean Bouin.

15 12 2010

Les laïcistes s’accrochent à leurs privilèges.

Le comité d’action laïque s’insurge ! Un amendement du budget 2011 prévoit que les écoles libres sous contrat ne supporteraient plus que 10% des suppressions de postes de professeurs alors qu’elles accueillent 17% des élèves. Provocation inacceptable, indécente, injuste. Ce comité est une fédération de syndicats, de parents d’élèves mais aussi des délégués départementaux de l’éducation nationale, sorte de commissaires politiques des écoles primaires créés en 1793 et qui sévissent toujours au service du laïcisme et de la lutte contre les langues régionales. Ces messieurs oublient de dire que ce sont les parents qui veulent pouvoir choisir leur école et que c’est l’Etat qui refuse d’ouvrir de nouvelles classes dans le sous contrat pour répondre à cette demande.

15 12 2010

Construction d’une Eglise en Chine

Des religieuses catholiques chinoises s’étaient mises en grêve de la faim. Elles protestaient contre l’expropriation de leur terrain de Tianjin, le port de Pékin à un promoteur immobilier qui voulait raser leur couvent construit en 1862. Le promoteur a changé d’avis, il leur a construit de nouveaux bâtiments qui donnent du cachet à son opération immobilière : couvent, eglise et centre social.

13 12 2010

Martine Aubry appartient à un parti qui a collaboré pendant la guerre

"douze ministres socialistes sur dix-sept du Front populaire seront exclus de la SFIO à la Libération; une partie du Front populaire est devenu collaboratrice ...

C'est l'inverse exact de ce que dit Martine Aubry reprochant à Marine Le Pen de parler d'invasion à propos des prières dans la rue : "Je suis très choquée, quand on sait qu'elle appartient à un parti (fondé en 1972) qui n'a pas eu, pendant cette période dont elle parle, l'attitude républicaine et de défense de la France (comme le parti communiste, allié de l'Allemagne de 1939 à 1941)", a affirmé la maire de Lille.
"Donner des leçons aux petits-enfants de ceux qui ont libéré Marseille par ceux qui appartiennent à un parti qui a collaboré, c'est scandaleux. c'est une fois encore la volonté de diviser"

Elle devrait pourtant savoir que le père de Lionel Jospin, Robert Jospin était l'un de ces socialistes qui sont restés pacifistes jusqu'en 1945, aux côtés des allemands.

Martine Aubry devrait lire Simon Epstein pour son édification, voici des extraits des travaux de cet historien :

Quand la LIgue Contre l'Antisémitisme (devenue aujourd'hui LICRA) se constitue à la fin des années 1920, elle recrute des Juifs et des non-Juifs.
Quel est le secteur d’opinions français où on trouve le plus facilement de gens qui condamnent l’antisémitisme et qui vont rejoindre à la LICA ? Ce n’est pas l’extrême-droite, c’est la gauche humanitaire. La gauche humanitaire qui est aussi la gauche pacifiste. ... Une corrélation très forte existe entre pacifisme et antiracisme. Et les dirigeants de la LICA le disent. Cette harmonie entre pacifisme et antiracisme se brise en 1933, plaçant la LICA devant un dilemme absolument catastrophique.
1933, c’est la prise de pouvoir par Hitler en Allemagne. Le pays avec qui on veut faire la paix - car les Français pacifistes veulent faire la paix avec l’Allemagne - cette Allemagne-là est devenue nazie. Pour la première fois, un conflit entre deux ordres de valeur apparaît : l’amour de la paix et l’amour des Juifs. Une partie choisit l’amour de la paix comme Luchaire (dirigeant des jeunesses du parti Radical socialiste) qui quitte la LICA, et se fâche avec Lecache. Victor Margueritte aussi quitte la LICA et dit : « C’est peut-être vrai que 600 000 Juifs en Allemagne sont malheureux, mais ce n’est rien comparé à ce qu’impliquerait une nouvelle guerre franco-allemande, c’est-à-dire des millions de morts en Allemagne, des millions de morts en France. Je dis à mes amis juifs calmez-vous avec votre histoire d’antisémitisme en Allemagne ». C’est un choix délibéré : la paix vaut mieux que l’antiracisme. ...

quand on écrit un livre sur la collaboration, on présente les collaborateurs comme des personnages odieux, si le collaborateur est d’origine maurassienne, ou d’Action française, alors on dit qu’il est maurassien. En revanche, si le collaborateur vient du parti socialiste, et ils furent nombreux, s’il vient du communisme il y en a eu beaucoup, on mentionne uniquement la profession

Simon Epstein, historien israëlien, conférence organisée par la LICRA, 12 février 2009 (Lien mort, archives unvoyageauliban)

08 12 2010

Code barre pour les embryons, une nouvelle manifestation de l'ultra eugénisme contemporain

Extraits d'un article d'Hervé Le Crosnier sur le blog du Monde Diplomatique à propos des manipulations des embryons, du marquage en code barre à l'abandon de tout contrôles des recherches en cours : Un monde qui réalise les désir de francs maçons comme Pierre Simon grand inspirateur des lois Veil Giscard sur l'avortement et qui arrive très vite au monde de Gattacca.

On peut pour autant s’interroger sur la finalité de certaines recherches en ingénierie de la fécondation : ont-elles réellement des buts thérapeutiques, et ne nécessitent-elles pas la mise à disposition d’embryons humains à simple fins de recherche ? Un interrogation soulevée par exemple par la recherche mentionnée plus haut, menée à l’Université Autonome de Barcelone, et publiée le 18 novembre 2010 par le journal Human reproduction [4] ; il s’agit d’une recherche commune à des biologistes (département de biologie cellulaire, de physiologie et d’immunologie de l’UAB) et des chercheurs de l’institut de microélectronique de Barcelone, visant à implanter dans chaque cellule d’un embryon un dispositif en silicium pouvant faire office de « code-barre », selon les termes mêmes employés par les chercheurs dans le titre de leur article. ...

Ces changements dans la procédure de l’assistance médicale à la procréation ne sont pas seulement des « garanties » de suivi de l’embryon... Le terme même de code-barre utilisé par les chercheurs renvoie à la logique de « marchandise » qui menace toute la filière de la fécondation in-vitro. Accélérer les processus pour leur assurer une meilleure réussite serait effectivement un progrès... Mais pourquoi, au-delà des embryons destinés à la réimplantation immédiate, tester la méthode sur des embryons congelés ? Parce que congelés, ces derniers pourraient s’échanger entre cliniques, devenir matière première, certifiée directement dans l’embryon, et pas seulement sur l’emballage. ...

Nous n’en sommes qu’au stade de l’expérience sur les embryons de souris, mais la même équipe de chercheurs vient d’obtenir l’autorisation du ministère de la santé du gouvernement de la Catalogne pour passer à l’expérimentation humaine. ...

Nous entrons dans une période où les plus riches sur la planète vont avoir recours aux cliniques pour choisir les caractéristiques de leur descendance. On commence à parler de « bébé-design » (designer babies). Le diagnostic génétique pré-implantatoire est un test réalisé sur un embryon de 3 jours, alors qu’il dispose de six cellules. Il doit permettre de repérer des maladies génétiques graves avant l’implantation. Or l’accélération des traitements techniques, l’usage de l’informatique, les connaissances statistiques des liens entre les zones de l’ADN et les traits physiques (couleurs des yeux, des cheveux, taille,...) permettent l’usage du test bien au delà, notamment pour choisir le sexe, et bientôt d’autres caractères. ... Hervé Le Crosnier

Un des symptômes de ce basculement en faveur d’une industrie du « bébé-design » peut se retrouver dans le choix fort peu innocent des jurés du Prix Nobel, qui ont accordé en 2010 le Prix de médecine et de physiologie à Robert G. Edwards. Celui-ci est le biologiste qui a permis la naissance de Louise Brown, première « bébé-éprouvette » en 1978. Cet exploit de l’ingénierie biologique a permis la naissance de 4 millions d’enfants pour des couples en demande depuis cette date. Cela mérite récompense, mais s’agit-il pour autant d’une découverte relevant de la charte des prix Nobel ? Nous savons que les prix Nobel ont souvent une claire dimension de politique scientifique. Et celui-ci, qui intervient au moment où toutes les sociétés débattent des questions éthiques concernant les recherches sur l’embryon et les cellules souches, vise certainement à valider les propos parfois provocateurs de Robert Edwards, son choix de mettre la « science » et notamment celle de la fécondation, en dehors du regard des sociétés et des normes juridiques et politiques. Dans un article d’orientation qu’il a publié en 1971 dans le journal Nature, il plaide pour le retrait de toute forme publique d’encadrement de la recherche, et conclut dans un grand élan scientiste : « Les scientifiques doivent aller au devant de l’opinion, faire du lobbying pour obtenir des lois et des règles, dans l’espoir que les attitudes majoritaires de la société, telles qu’elles se retrouvent dans les décisions légales, vont mûrir à un rythme qui ne serait pas trop en décalage avec la transition entre une recherche et ses applications techniques » [12].

Fin de citation

Une ancienne note sur le monde de Gattaca :

L’eugénisme est déjà là. Le pouvoir de l’homme sur l’homme, le droit de dire qui est digne de vivre ou de mourir, est déjà entre les mains des médecins qui pratiquent le Diagnostic pré-implantatoire. Les médecins réunis par France Culture ressentent un certain malaise. Certains disent que certaines maladies sont éradiquées, d’autres qu’on commence a se poser la question pour des risques, des suppositions de cancers à 40 ou 50 ans, et personne n’a de limites claires a donner. La logique républicaine qui ne reconnaît aucun principe au dessus de l’opinion majoritaire et des désirs individuels ne peut que favoriser la généralisation de ces pratiques et donner naissance à une nouvelle idéologie, le républicanazisme. C’est déjà Gattaca, à l’image de ce film qui développe toutes les conséquences intérieures d’une société eugénique. Il présente un homme qui cherche à partir dans les étoiles dans monde où seuls les êtres génétiquement parfaits car sélectionnés par Diagnostic pré-implantatoire ont des droits.

L’image, la musique, le drame humains d’une société enchaînée à l’ADN, le bonus du DVD qui montre des stars, des politiques et des héros qui auraient été éliminés avant de naître font de ce film une épure parfait de la situation actuelle.

Vincent Freeman, dont le prénom veut dire "celui qui est en train de vaincre" dit dans le film à la femme qu'il aime "je suis ici pour montrer que c'est possible" de dépasser le déterminisme. Image. Ecouter l'émission.

Administration