C’est la gestion par des fonctionnaires et des élus qui est remise en cause dans cette affaire dénoncée par un rapport confidentiel de la chambre régionale des comptes du Nord Pas de Calais.

Assurés de ne pas avoir à subir personnellement les conséquences des engagements qu’ils prenaient, les gestionnaires du parc immobiliser des anciens charbonnages de France ont pris des risques considérables sur le dos 65 000 ménages logés. Malgré des avertissements lancés dès 2005, les emprunts de cette société publique ont été réalisés avec des taux variables indexés sur des produits financiers. 115 millions d’euros de provisions pour pertes ont déjà du être réalisées.