Un bilan s'impose au moment où le Pape demande un bilan des trois ans d'application du Motu Proprio sur la messe dans le rite extraordinaire,

Plusieurs fois dans l'histoire, l'Eglise a connu des mouvements de réforme vers une vie religieuse plus profonde.

 

Le Pape Benoît XVI appelle t'il à une telle réforme? 

 

Incontestablement. Son discours devant la conférence des évêques français rapellait que, je cite « nul n'est de trop dans l'Eglise ». Aux parlementaires du Conseil de l'Europe il rappelle le combat urgent pour défendre la vie de la conception à la mort naturelle et le mariage. Aux évêques enfin il rappelle qu'ils ne doivent pas être de simple administrateurs de ce qui existe. Il leur demande d'être fidèles à l'intégrité de la foi, dans la franchise et la justice. Leur témoignage courageux face à la société doit suivre l'exemple de Saint Pierre qui a suivi Jésus jusqu'à la mort, et la mort sur une croix.

 

Les évêques français ont ils suivi les conseils du Pape ?

 

Monseigneur Nourrichard, évêque d'Evreux assiste sans broncher a des ordinations de femmes par un chef anglican, L'évêque de Versailles envoie des voeux de bonne fête de l'aïd aux musulmans et les évêques se mobilisent plus pour les roms que pour les enfants à naître.

Contrairement aux instructions de Vatican II qui demandaient que le latin et le grégorien restent au coeur de la messe, la plupart des évêques freinent des quatre fers. Le site internet « paix liturgique » a recensé plus de 400 demandes de messes et 80 nouvelles célébrations dominicales ont été accordées. De nombreux témoignages révèlent des instructions de la part des évêques qui cherchent à restreindre l'offre de messes en rite extraordinaire.

 

Quelle est la situation chez les nouveaux évêques.

 

Une étude de la fraternité Saint Pie X sur les nominations épiscopales réalisées en France sous Benoît XVI montre une grande continuité, une grosse moitié des 34 prêtres devenus évêques n'ont pas célébré la messe sous l'ancien rite ou accueilli un communauté traditionnelle.

 

Comment s'explique cette prudence du Pape ?

 

Soucieux d'éviter les déchirements promis par les « loups » attachés aux mots d'ordre des années 1970, le Pape exhorte les évêques aux changement sans changer massivement les évêques.