Encore un mensonge de l’éducation nationale.

La formation des nouveaux professeurs aurait dû se faire par le compagnonnage de professeurs expérimentés. Pendant deux mois ceux-ci seraient déchargés de leurs cours et présents dans la classe du jeune professeur pour l’évaluer et lui donner des conseils.

Cette solution intéressante était déjà altérée par l’obligation pour le jeune enseignant de faire un service aussi long que les autres. Dans la pratique certains tuteurs ne sont pas libérés de leurs classes et ne peuvent donc que donner des conseils limités.

Du temps, lointain où le tutorat n’était pas saboté par des économies de bouts de chandelle, les jeunes enseignants avaient peu de cours à donner et étaient progressivement mis en selle par plusieurs enseignants expérimentés.