Mais pas sur celui de Marc Olivier Fogiel, de la Nouvelle Star ou de Laurent Ruquier.
Dommage.
La coexistence entre le style clinquant et la profondeur religieuse nous manque.