Météo-France place désormais en alerte orange à la neige et aux pluies verglaçantes, jusqu’au plus tôt le jeudi 07 janvier 2010 à 07h00, 18 départements de l’ouest de la France.
Le
s amateurs peuvent suivre presque en temps réel la spirale de neiges qui s’avance actuellement sur la Bretagne et la Normandie sur le site météox.com.




L’hiver est riche de nouvelles de perturbations des activités économiques par la neige. La Chine a connu ses plus fortes chutes de neige depuis 20 ans et sont suivies d’une vague de froid sans précédent depuis 60 ans.
Ces exemples ponctuels sont ils le signe d’une tendance au refroidissement climatique ?
Les dernières études scientifiques tendent plutôt à relativiser les annonces de froids et de chaleurs catastrophiques fondées sur le court terme.
Le rapport scientifique du groupe intergouvernemental d’experts sur le climat vient d’être épinglé par un article très sévère de la revue scientifique de référence « science ». Les affirmations de ce rapport à propos de la fonte des glaciers himalayens seraient sont « horriblement fausses ».
Les glaciers himalayens perdraient de 100 à 500 000 kilomètres carrés et risqueraient de disparaître en 2035 … si rien n’est fait.
Une enquête sur les sources de cette affirmation, largement reprise par les médias montre qu’elle vient d’un rapport du lobby écologiste WWF, non revu par des scientifiques. Il s’agit en fait de la déformation d’un rapport destiné à l’Unesco et qui donne ces chiffres pour 2350 et pour l’ensemble des régions tropicales.
Les plus grands spécialistes de la glaciologie ont protesté et signalent que les glaciers n’ont pas fondu dans les périodes historiques récentes plus chaudes que l’actuel, et que l’approvisionnement en eau du Gange ne dépend que pour 3 à 4% des glaciers.
Le président du Giec balaye ces critiques en parlant de « science vaudou ».
L’histoire permet de relativiser nos effrois climatiques, la Seine a été bloquée par la glace du 6 janvier au 15 mars 1709, alors que les romains de l’antiquité pouvaient traverser les Alpes par des cols qui sont aujourd’hui sous des glaciers.
Les températures mondiales sont actuellement dans la moyenne des dix dernières années et les glaces de mer des pôles nord et sur un tout petit peu en dessous de la moyenne des 30 dernières années.