Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« novembre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

30 11 2009

Lectures du mois de novembre

 

Géopolitique. Contrairement à Bush, Obama ne fait rien pour les africains.
Star à vendre 190 000 euros pour soutenir un dictateur.
Afghanistan. la guerre menée en dépit du bon sens.
Démographie, il n'y a pas de bombe P.
La Chine prépare les cyber guerres sur internet, pas la France.
Politique et pédagogie.
En cas de déluge, les réglements administratifs auraient empêché de construire une arche de Noé.
Corruption alimentaire. comment acheter des marchés publics avec de bons dîners.
Roselyne Bachelot en plein conflit d'intérêts ex lobbyiste elle fait la promotion du vaccin anti grippe de son ancien employeur.
Chirac le sorcier des campagnes.
La démocratie et en particulier les partis "de gauche" mangée par la finance.
Peut on négocier secrètement avec un syndicaliste comme Elie Domota.
Le gouvernement organise la fin de la surveilalnce financière des élus.
Critique de l'Académie en ligne le contraire du travail collaboratif des enseignants numériques. .
Economie.
Les plans d'occupation des sols augmentent les prix de l'immobilier.
Portrait de Jean François Copé en charognard taxant les accidentés du travail.
Les fonctionnaires ne payent pas encore la hausse des cotisations retraite.
Nature et découvertes. Cochonou ergo sum. Les porcs se reconnaissent dans un miroir.
En cas d'accident de vaccination. l'Etat protégera les labos.
Les manipulations du parti réchauffiste.
Christianisme et société.
Nous le pousserons au shisme. Complot des évêques et des prêtres conciliaires contre Mgr Lefèvre.
Le président de l'Europe a lu Benoit XVI.
Eglise et immigration. une position mesurée.
Défense de l'inquisition.
Euthanasie. 23 ans de coma avant de pouvoir communiquer.
L'Union Européenne impose sa pensée unique à propos de l'homosexualité.
Du jansénisme au marquis de Sade et au porno-libéralisme contemporain.
Médias et libertés.
Dénoncer l'extrême droite pour de l'argent. Un business lucratif (fiabilité invérifiable)
Mitterrand le nouveau héros sartrien qui justifie ses perversions au nom de la morale, dénoncé par des bretons Hamon et Le Pen. Contreculture Mercuriale de novembre 2009.
Le déclin des ventes de musique n'est pas compensé par la vente en ligne.
Avantages et limites d'Internet. Vus par Emmanuel Ratier.
La sécu nous fiche et nous espionne.

29 11 2009

Sainteté du réveille matin

Nous n'avons plus le sens de la nouveauté et des merveilles qui nous entourent.
Dante Alighieri, homme du Moyen sait nous rendre le sens de l'émerveillement par cet éloge du réveille matin :

Via.

Comme une horloge alors qui nous appelle, à l'heure ou l'épouse de Dieu se lève pour chanter les matines en l'honneur de son époux, pour chanter son amour et dont un rouage tire et pousse l'autre en sonnant "tin-tin" d'une note si douce que l'esprit bien disposé se gonfle d'amour. (Dante, Le Paradis, chant X, v 139-144)

En dédicace spéciale a tous ceux qui ont du mal à se lever le matin. Pour aller prier ou travailler.

28 11 2009

Euthanasie : eh bien finalement cela ne m'intéresse plus.

Ce texte remarquable de Claire Fourcade, publié dans "le Monde", montre combien les déclarations de personnes qui demandent une euthanasie peuvent être contradictoires.
Le fait de les écouter au pied de la lettre ne permet pas de comprendre pourquoi elles s'effaçent dès que les conditions changent et pourquoi des centres de soins palliatifs ou des services de cancérologie peuvent dire qu'ils n'ont reçu aucune demande durable sur de très longues durées.
Une autre idée essentielle, il faut du temps pour mourir, et ce temps doit nous appartenir, sans qu'on cherche à le précipiter, pour que nous puissions dire "priez pour nous pauvres pêcheurs, maintenant et à l'heure de notre mort" .

Extraits de dialogues entre patients et médecins...

Madame C. :
Docteur, je n'en peux plus ! Faites quelque chose ! Je veux me suicider.
- Qu'attendez-vous de moi ?
- Docteur, je ne veux pas mourir !

Monsieur V. :
Au moment du diagnostic de sa maladie, il a déclaré vouloir être euthanasié quand son état se dégraderait. Quelques temps après il a quitté son pays, la Hollande, où la pratique de l'euthanasie est légale, pour venir s'installer en France, pays où la loi l'interdit.

Madame S. :
Son mari s'est installé dans le bureau. Il nous parle de sa femme. Sa femme depuis 46 ans. Sa femme qui meurt deux étages au-dessus.
Il ne peut pas le supporter.
Elle est calme, elle ne souffre pas, elle dure.
Il nous semble, à nous soignants, qu'elle prend pour mourir le temps qui lui est nécessaire.
Pour lui chaque instant de ce silence est une violence, une absurdité, un non-sens.
Ce n'est plus sa femme, elle n'est plus là, il faut qu'elle meure.
C'est pourtant son temps à elle. Et c'est la loi.
La loi sur laquelle nous nous appuyons pour faire rempart à cette marée de souffrance.
- Ce qu'elle aurait aimé, c'est de revoir son petit chien...
- Pourquoi ne le lui amenez-vous pas ?
- C'est que, si elle ouvrait les yeux et qu'elle le voyait, elle serait si contente qu'elle pourrait en mourir. Alors je ne préfère pas...

Madame R. :
Certains de ses fils se demandent quel sens donner à cette attente d'une mort certaine. Ils pensent que, peut-être, elle n'aurait pas voulu cela. Ne faudrait-il pas abréger ses souffrances ? Ils s'inquiètent aussi pour la santé de son mari qui veille sur elle jour et nuit depuis si longtemps.
D'une voix claire celui-ci a pris la parole : "Votre mère nous a traités comme des rois pendant 40 ans, nous la traiterons comme une reine le temps qu'il faudra."

Midazolam : C'est un médicament bien particulier. Un médicament qui permet souvent d'apaiser en quelques minutes les plus grandes détresses physiques ou psychologiques. Parfois, mais pas toujours, au prix de la vigilance de nos patients. Un médicament dont nous veillons à ne pas abuser mais dont nous n'hésitons jamais à faire usage quand le confort de nos patients nous semble l'imposer.
Un médicament qui me permet de promettre à mes patients de ne pas les abandonner sans avoir ensuite envie de me sauver en courant.
"Laisser mourir n'est pas laisser crever".

Madame T. :
Elle voudrait qu'on euthanasie sa mère. C'est que, voyez-vous, elle a travaillé dans une clinique vétérinaire et même les chiens on ne les laisse pas mourir comme ça.
Tout doucement j'essaie de lui faire entendre qu'on ne peut traiter un être humain comme un chien.
- Mais docteur, me répond-elle, les chiens sont des êtres humains comme les autres !
- ????????????

Monsieur S. :
Il est mort ce matin à la clinique.
Sa fille et son gendre nous avaient demandé l'euthanasie pour lui. La discussion avait été houleuse. Nous savions que nous n'avions pu être entendus. Parfois nous avons cette impression douloureuse de parler dans le vide, de réciter des mots creux qui ne font pas sens pour ceux qui les reçoivent et que nous essayons d'aider.
Mais Monsieur S., rentré chez lui pour le week-end, a fait un arrêt cardiaque : ils l'ont réanimé et ont appelé le Samu.

Madame A. :
Après des années d'épreuve, certains de ses enfants pensent que son coeur est brisé. Que le maladie a tout dévasté et qu'il ne reste plus que la mort.
Ils pensent qu'ici c'est l'enfer et qu'au ciel elle serait mieux.
Elle ne parle pas mais elle communique.
Parfois son mari lui dit: "Ne me crie pas dessus !" et c'est vrai qu'elle peut crier avec les yeux.
Je la regarde intensément. Je l'écoute avec mes yeux pour être sûre de bien comprendre.
Et dans ses yeux qui brillent, je vois son coeur. Il est intact. J'ai la conviction que dans son enfer il y a de petits morceaux de ciel et qu'elle y tient.

"Quand c'est trop de souffrance, des soignants, de la famille et du patient, le dernier qui se lasse, c'est le patient", a dit le Dr. Jean Léonetti.
Depuis dix ans, nous avons pris en charge plus de 3000 patients. 3000 histoires singulières, différentes. 3000 fois nous avons essayé d'écouter, d'entendre, d'adapter notre réponse.
En soins palliatifs nous ne faisons pas de prêt-à-porter. Seulement du sur-mesure, de la haute couture.
Jamais, à ce jour, je ne me suis trouvée en situation de me dire que la seule façon de respecter mon patient était de transgresser la loi pour le faire mourir. Peut-être, un jour, une situation particulière me conduira-t-elle à prendre cette décision.  Je veux que cela reste une transgression.

Claire Fourcade est médecin coordinateur de l'équipe de soins palliatifs de la clinique "Les Genêts" à Narbonne.

27 11 2009

Manipulations de données climatiques : comment tenter d’étouffer un scandale.

Des communications privées entre scientifiques partisans de l’hypothèse du réchauffement climatique ont été mises en ligne. La presse commerciale cherche a étouffer le scandale car ces courriers montrent la mauvaise foi de certains alarmistes climatiques.

La page entière du quotidien « le Monde » consacrait hier au sujet est un cas d’école de manipulation. Les 1073 échanges de courriels ne contiendraient qu’une expression troublante, et sortie de son contexte, utilisée pour discréditer. Autour de cela on trouve une interview du coprésident du GIEC, un article fondé sur les prévisions du GIEC annonçant que l’Australie craint la montée des eaux et une brève sur les records de chaleur au Etats Unis et sur internet l’idée que tout cela pourrait, je dis bien pourrait coûter dix crises financières.

Alors que la presse anglo-saxone s’est largement fait l’écho du scandale, la presse québécoise essaie elle aussi de noyer le poisson.

Le site « pensée unique » montre que ces courriels publiés révèlent la construction idéologique du réchauffement climatique.

Lissage des courbes en réduisant les anomalies, omissions des années récentes plus fraiches. La grande presse est bien obligée de parler des astuces manipulant les courbes de Phil Jones, mais ignore la suite du texte qui parle bien d’une volonté de cacher le déclin.

Ces courriels révèlent aussi la concurrence habituelle entre scientifique, mais utilisée pour briser la carrière de ceux qui ont l’audace de simplement laisser s’exprimer des doutes sur le réchauffement. Ces échanges organisent le renvoi de James Saiers de la revue « Géophysical Research » pour cela.

Autre élément intéressant de ces courriels, ils révèlent la différence entre des scientifiques idéologues comme Michael Mann, qui cherche à faire croire qu’il ne faisait pas plus chaud au Moyen Age que maintenant, et certain de ses correspondants qui avouent en privé leurs doutes sur le caractère politique des rapports du GIEC.

Le site « polémia » analyse pour sa part les raisons de l’intérêt des politiques pour l’alarmisme climatique.

Parler d’un avenir lointain permet de donner une impression de souci du long terme. L’annonce de catastrophes permet de gouverner par la peur et de justifier des mesures de limitation des libertés. L’impératif moral du souci de la planète permet d’acclimater l’idée d’un gouvernement mondial.

A ce niveau on peut parler de la méthode de la double pensée théorisée par Orwell dans 1984, une propagande qui dit une chose et son contraire. Le souci d’éviter la consommation d’énergies fossiles devrait conduire à réduire la mondialisation commerciale et les migrations, or c’est le contraire que nos élites cherchent à nous faire accepter.

C’est à nouveau par internet que nous avons l’occasion de retrouver les données nécessaires à une analyse rationnelle des questions climatiques et de leurs implications politiques.  

23 11 2009

Pour un coproratisme sans Etat

En tant que défenseur des projets chrétiens sociaux de représentation du peuple par métiers et milieux, et de la conception Proudhonnienne d'une démocratie de l'association et du contrat qui serait l'inverse de l'escroquerie inévitable du système représentatif, je ne peux qu'être sensibleaux critiques portées par ce texte, même si elles sont excessives.
Yann Algan et Pierre Cahuc critiquent les effets pervers de l'alliance réalisée en 1945 entre corporatisme chrétien-social et étatisme socialiste.

Nous soutenons que le déficit de confiance des Français est intimement lié au fonctionnement de leur État et de leur modèle social.
Après la Seconde Guerre mondiale, le modèle social français s’est construit sur des bases corporatiste et étatiste. Le corporatisme, qui consiste à octroyer des droits sociaux associés au statut et à la profession de chacun, segmente la société et opacifie les relations sociales, ce qui favorise la recherche de rentes, entretient la suspicion mutuelle et mine les mécanismes de solidarité.
L’étatisme, qui consiste à réglementer l’ensemble des domaines de la société civile dans leurs moindres détails, vide le dialogue social de son contenu, entrave la concurrence et favorise la corruption.
Le mélange de corporatisme et d’étatisme est au coeur de la défiance actuelle et des dysfonctionnements du modèle social.
La faiblesse du dialogue social et le manque de confiance envers le marché rendent nécessaire l’intervention de l’État.
Mais selon une logique dirigiste et corporatiste bien établie, l’intervention de ce dernier consiste généralement à accorder des avantages particuliers aux groupes qui en font la demande, souvent au détriment du dialogue social, du respect des règles de la concurrence et de la transparence des mécanismes de solidarité.
Ce type d’intervention ne peut qu’entretenir la défiance mutuelle et favoriser, en retour, l’expansion du corporatisme et de l’étatisme.

Via Baroque et fatigué.

Le retour aux libertés ne passe cependant pas pour moi par une déréglementation libérale, mais par un corporatisme libéré de l'Etat.

23 11 2009

Musique à la cour de Charles Quint, par Jordi Savall

Par le grand Jordi Savall, et la musique prend tout de suite du relief et du dynamisme.



Une chaîne de vidéos de Oedipus Coloneus.


Images site du lion comtois à l'aigle de Charles Quint.

23 11 2009

Kolkhoze fleuri sur l'autoroute.

Sur l'autoroute, un panneau lumineux.
Mon immatriculation.
Vous allez trop vite.
Vous roulez trop près de la voiture précédente.
Vous êtes en train d'écouter Radio courtoisie, la "halde" vous met une contravention.



Les progrès de la multi surveillance des citoyens sont rapides.
Aller tous ensemble et dans la même direction, sur la voie du socialisme et sous la surveillance étroite de cet Etat qui nous aime si fort, c'est le kolkhoze fleuri; le socialisme sans goulag, mais juste avec un système de vidéo surveillance.

On trouve très facilement sur internet toutes les caméras possibles pour surveiller son prochain ... en toute légalité.

21 11 2009

Musique et architecture sur le "De Profundis" de Delalande.

Moment rare sur Youtube, une vidéo qui associe avec soin le mouvement de la musique et l'architecture qui lui est associée.



Le mouvement du psaume, qui passe des profondeurs à la lumière de l'espérance est rendu par un parcours de la crypte à la grille et de la grille au ciel de l'Eglise.

De profundis clamavi ad te, Domine ; Des profondeurs je crie vers toi, Yahvé
Domine, exaudi vocem meam. Fiant aures tuæ intendentes in vocem deprecationis meæ. Seigneur, écoute mon appel. Que ton oreille se fasse attentive à l'appel de ma prière!
Si iniquitates observaveris, Domine, Domine, quis sustinebit ? Si tu retiens les fautes, Yahvé, Seigneur, qui subsistera?
Quia apud te propitiatio est ; et propter legem tuam sustinui te, Domine. Sustinuit anima mea in verbo ejus ; Mais le pardon est près de toi, pour que demeure ta crainte.
Speravit anima mea in Domino. J'espère, Yahvé, elle espère, mon âme, en ta parole;
A custodia matutina usque ad noctem, speret Israël in Domino ; mon âme attend le Seigneur plus que les veilleurs l'aurore; plus que les veilleurs l'aurore,
quia apud Dominum misericordia, et copiosa apud eum redemptio. qu'Israël attende Yahvé! Car près de Yahvé est la grâce, près de lui, l'abondance du rachat;
Et ipse redimet Israël ex omnibus iniquitatibus ejus. c'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

"legrandchene" a mis en ligne d'autres vidéos qui soignent bien mieux que d'autres la relation entre l'image et la musique.

18 11 2009

Le grand retour de la polyphonie à Saint Pierre de Rome.

Chassé de la direction du chœur de la Chapelle Sixitine il y a douze ans, Domenico Bartolucci, 93 ans, est un maître pour faire entendre les œuvres de Palestrina.
La messe pendant laquelle il dirigera ses œuvres et la « messe des anges » demain jeudi 19 novembre sera le symbole de sa réhabilitation par Benoît XVI.
C’est surtout la polyphonie, et la grande musique actuellement réfugiée dans les concerts qui commence à être réinstallée au cœur de l’acte liturgique.

Via le site Chiesa.

18 11 2009

Culture : différence de conception entre la France et l’Angleterre.

Deux expositions signalées par le site « la tribune de l’art » et "patrimoine en blog" illustrent une vision différente de notre identité culturelle.
L’Angleterre célèbre l’union de l’art et de la foi

quand la France glorifie l’alliance de François Ier et de l’empire esclavagiste musulman de Soliman dit « la magnifique ».

La National Gallery de Londres expose les liens de la peinture, de la sculpture et de la mystique durant le siècle d’or espagnol.  L’exposition du musée national de la renaissance d’Ecouen est bien plus politique  quand elle explore les relations respectueuses de François Ier et du « Grand turc ».

18 11 2009

Critiques de la stratégie des alliés en Afghanistan.

Un rapport de Michel Goya, un expert de l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire (Irsem) critique la vie en vase clos de l’archipel des bases américaines.
0.5% du coût de la guerre suffirait à doubler la solde des militaires afghans et ceux-ci seraient, d’après Michel Goya, bien plus efficaces si on leur laissait faire la guerre à leur manière, au lieu de tenter d’en faire des soldats à l’occidentale.
Un article de la revue « marine » regrette pour sa part que la France n’envoie plus de forces spéciales capables de missions d’observation et de contact avec la population.

18 11 2009

Quand un paisible village champenois découvre la délinquance.

Le village viticole d’ Aÿ, dans le département de la Marne subit Cambriolages, dégradations, bagarres, vols, incendies de véhicules… Sans oublier un trafic d’héroïne endémique dans ses rues. Excédés, les habitants pointent l’inertie des autorités : « On porte plainte à chaque fois, mais il n’y a jamais de suite. Et la police est rarement présente », témoigne une commerçante.  Au point que certains parlent de s’organiser eux-mêmes.

18 11 2009

Un protégé de Sarkozy soupçonné de détournement de fonds.

Chargé d’une mission sur la diversité par le président, Basile Boli, ancien footballeur était secrétaire national chargé du co-développement au sein de l’UMP. Il avait créé une association de soutien aux micro projets d’immigrés voulant retourner dans leur pays.

Il a été placé hier en garde à vue suite à des accusations de détournement des fonds de cette association largement subventionnée par l’Etat.

On peut pourtant se demander s’il en a fait plus que d’autres patrons d'associations bien pensantes selon l'esprit du monde ou spécialisées dans les pièces jaunes.  

18 11 2009

Réactions syndicales à la réforme des concours d’enseignement.

Comme une boussole qui indiquerait constamment le sud, la réaction de certains syndicats révèle le sens de cette réforme essentielle.

La question des concours est le baromètre du rapport de force entre l’idée de construction des savoirs par les élèves et l’idée de transmission par l’enseignant.

Il semblerait que le retour annoncé aux savoirs soit plus réel que sous Darcos.
Les syndicats les plus pédagogistes critiquent vertement les  nouveaux masters d’études universitaires et l’architecture des concours de recrutement présentée vendredi dernier.

Les IUFM qui étaient mis au service d’un pédagogisme exclusif vont de toute façon mettre fin à leur indépendance en intégrant leurs personnels aux universités.

Les premiers projets, annoncés par Xavier Darcos prévoyaient une forte composante de théories pédagogiques dans les  diplômes de « masters » nécessaires pour passer les concours et dans les épreuves écrites, elles  aussi envahies par la « pédagogie ».

Luc Chatel annonce que les écrits devront être uniquement consacrés à la vérification d’un niveau scientifique. Après avoir assisté à des cours en Master, les admissibles pourront en donner quelques uns pour préparer leur leçon d’oral d’admission.

Les enseignements de théories pédagogiques serviront seulement à préparer la seconde épreuve orale dite de « connaissance du système éducatif ». Ces théories seront dispensés par des anciens de l’IUFM, mais dans des universités variées et concurrentes pour avoir le meilleur taux de réussite, ce qui peut laisser espérer une amélioration.

Autre modification importante, la titularisation des nouveaux enseignants sera retirée aux personnels issus des IUFM pour être de la seule responsabilité des inspecteurs.

L’orientation générale de ces projets explique donc que le très pédagogiste SGEN-CFDT parle de « catastrophe annoncée » et dénonce ceux qui ont voulu limiter les dégâts ». La CGT-UNSA trouve ces projets « rétrogrades » et « consternants ». Le SNES-FSU, toujours corporatiste considère que cela « ne peut s’inscrire dans une logique d’économies budgétaires ».

Le Snalc, favorable à un retour à une pédagogie de la transmission parle d’avancées significatives, mais craint que le ministère ne reste au milieu du gué. Via : le Café Pédagogique et le Ministère de l'Education Nationale.

17 11 2009

Tourdion la musique renaissance qui swingue



Enregistrement sur une musique de danse dite "tourdion", mis sur Youtube et réalisé lors des journées d'improvisation dans les musiques anciennes de Moissac 2009

16 11 2009

Pourquoi la "défense de la Vie" est elle a droite ?

Les partis obligent à prendre un package commun :
"eugénisme et aides sociales" contre
"liberté d'entreprendre et obligation de travailler le dimanche" ou
"défense de la vie sour le bout des lêvres et adoration du bleu, blanc, rouge".

En partant de ces solutions qui ont toutes leurs défauts, on aboutit à un "rejet à droite" de la défense de la Vie qui conduit à un alternative mortelle entre :
- Oublier les victimes de l'avortement et du travail du dimanche, ce qui me semble être une erreur grave ou
- Entrer aussi dans d'autres combats ou on ne manquera pas à l'amour de Dieu et des hommes en soutenant une idée plutôt qu'une autre.

Malheureusement ceux qui veulent défendre les points non négociables de l'enseignement social chrétien, respect de la vie, de la famille (y compris par le juste salaire) et liberté d'éducation,
n'ont pas l'occasion de citer positivement des responsables socialistes très souvent.
et la confiance qu'on peut accorder à tous les partis de droite pour appliquer ces points est très très limitée bien qu'ils disent les défendre quand ils sont dans l'opposition.

D'après un vif débat sur le site Carnets Baroques.

15 11 2009

Pourquoi Zacharie, le père de Saint Jean Baptiste a t'il été réduit au silence ?

L'ange annonce à Zacharie, futur Père de Jean Baptiste la naissance d'un fils dans sa vieillesse.

Zacharie répond que c'est impossible, et il est réduit au silence jusqu'au moment ou il nomme son fils après la naissance.

Arrêtes de préférer ta raison humaine à la foi.
L'ange lui fait arrêter le tourbillon de ses pensées pour écouter et attendre la réalisation des promesses de Dieu.

Zacharie dit presque à Dieu que celui ci se moque de lui. "Tu me dis que tu vas faire quelque chose d'impossible", c'est me faire espérer contre toute espérance.
Souvent nous sommes comme lui quand nous crions contre Dieu quand notre prière n'a pas été exaucée ...
Dieu peut il nous trahir ? Promettre le bonheur aux justes et ne les rassasier que d'épreuves.
Notre raison nous dicte ce que nous voulons, et n'entend pas que Dieu promet que nos prières seront exaucées ... en leur temps.

Il est vieux, sa femme a passé la ménopause, mais la promesse de Dieu tient toujours.
Leur enfant de vieux a été l'annonciateur de la venue du Messie, et le plus grand des prophètes. Dieu avait promis à Abraham d'être le père d'une multitude et celle ci couvre actuellement la terre.
Image : Chartreuse de Villeneuve lès Avignon. Via paroisse Saint Ephrem.

15 11 2009

Qu'est ce qu'un sacrifice ? Du Grand Prêtre du Temple de Jérusalem au Christ.

L'homme éloigné de Dieu, qui se sent impur, et déjà preque comme mort a besoin de retrouver la vie.
L'Ancien Testament avait ses "boucs émissaires" que les juifs jetaient hors de leur campement en les couvrant symboliquement de tous les péchés du peuple.
Le Grand prêtre du Temple de Jérusalem offrait des sacrifices et des holocaustes, en versant le sang et la vie d'un animal, à la place de celui de l'homme pécheur.
La Vie de l'animal est offerte symboliquement en remplacement de la vie perdu de celui qui avait péché. Le Christ, unique grand prêtre Grand Prêtre des temps nouveaux a offert son sang et sa vie en unique sacrifice pour tous les péchés du monde.
Son unique sacrifice, toujours présent et offert pour nous dans chaque messe peut nous conduire vers une paix profonde. Source. Paroisse Saint Ephrem.

13 11 2009

Des sessions pour apprendre le plain chant selon les anciens traités de musique

Le son des prières du siècle des saints s'était presque totalement perdu, enfoui qu'il était dans les pages de vieux traités de chant.
Certains musiciens comme Jean Christophe Candau et l'ensemble Vox Cantoris ou les chantres de Saint Hilaire font revivre le Plain Chant et internet en donne des témoignages.



Cette nouvelle tradition musicale se transmet par des sessions de formation y compris pour des enfants comme celles des chantres de Saint Hilaire



Ou les formidables sessions de chant de Marcel Pérès à Moissac et en d'autres lieux.

13 11 2009

Une défense du droit à la vie des enfants menacés par l'avortement

« Les droits des « non-nés ». - Il existe sur cette terre de nos péchés un monstre, nommé avortement, qui s’est développé, bien nourri et bien desservi de sang et d’argent. Et aussi, des larmes des femmes sans défense.
C’est un monstre qui a grandi des démagogies de toutes couleurs sociales et politiques. Et des silences complices. Et des excuses vaines. Et des tractations affreuses.
Ce monstre, pour notre honte, a droit de cité. Ils ne sont pas rares ceux qui font profil bas (ou au moins qui s’émeuvent) quand quelqu’un leur rappelle qu’il se promène par nos rues avec le progressisme en bandoulière. Et jusqu’aux lois qui le défendent.
N’attendez pas aujourd’hui, dans cette modeste chronique, que je polémique avec des partisans de l’avortement ou des féministes extrêmes. Je ne veux juger personne.
Encore moins ces pauvres femmes qui désiraient un enfant de leurs entrailles, mais que la peur a vaincues et qui se sont effrayées devant la solitude. « Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés ». Ne jugeons personne ; mais regardons en face les faits et les problèmes.

Ceux qui invoquent l’avortement pour défendre je ne sais quel droit, me semblent simplement ambigus.
Le premier droit de l’être humain n’est-il pas de le laisser naître ? Si l’on ne reconnaît pas ce droit, tous les autres droits sont superflus : avec quelle gorge vont-ils crier leurs droits ceux pour qui s’est interrompu le chemin vers la lumière du soleil ? Avec quelle langue le « non-né » va-t-il se défendre contre la mort qui l’attend ? Avec quelles mains va-t-il écrire celui a qui on a coupé les mains avant qu’il ne puisse les utiliser ?

Une société dans laquelle les pauvres et les « sans voix » comptent moins que peu est-elle une société développée et majeure ? Est-elle une société progressiste ?
Une telle société se montre plutôt une société malade, ou un grenier obscur et glacé.
Et que l’on ne nous dise pas que l’embryon n’est pas une « personne » dans le sens que ce sacro-saint mot s’est donné dans le monde moderne. Qu’est-ce que c’est alors ? Un conglomérat de cellules anarchiques, dispersées, désunies ? Les biologistes disent que nous étions tout entiers compris dans un embryon, comme un désir implicite de développement.

Source : Texte publié dans un diocèse espagnol, traduit et considéré comme "en dessous de la mélée" par Golias.

12 11 2009

Voyages au chateaux de la belle au bois dormant.



Sur le site de cette agence immobilière spécialisée dans la vente de châteaux et demeures historiques



En ce moment ils proposent même le Château-Queyras, à l'entrée de cette vallée des Hautes Alpes

11 11 2009

Les catholiques ne sont admis comme bons français que quand ils se font tuer pour la République

A propos de l’incompétence du commandement durant les premières années de la Grande Guerre, il faut se souvenir de l’affaire “des fiches” qui éclate en 1904.

Pendant plusieurs années, et sous un gouvernement de gauche, les Franc-Maçons avaient établi un sytème de fichage secret des opinion religieuses des officiers de l’armée française, qui avait permis une purge officieuse mais systématique des officiers catholiques et leur remplacement par des néophytes acquis aux idéaux radicaux (la gauche de l’époque).

“Les officiers considérés comme « réactionnaires et cléricaux », généralement issus de familles traditionalistes, ont été souvent écartés des postes importants de l’armée, quelquefois au profit de carriéristes médiocres issus des loges ou de la clientèle des partis de gauche, et la France a dû se passer d’eux pendant la Première Guerre mondiale, en tant qu’officiers d’active à tout le moins.

Certains ont justifié les premiers succès de l’offensive allemande en 1914 par l’incompétence de ces officiers dont près de la moitié a été limogée par Joffre pour incompétence.”

+ d’infos


Via François Desouche

11 11 2009

Le 11 novembre est venu trop tard pour empêcher la floraison du totalitarisme

Le 11 novembre est venu trop tard. S'il avait réussi à faire la paix en 17 l'empereur Charles 1er d'Autriche aurait acquis une immense popularité et le modèle catholique Austro-Hongrois aurait été le phare de l'Europe.
Il a été remplacé par des totalitarismes meurtriers dont parle Jean Philippe Chauvin.

La volonté de paix pour sortir de la guerre de 14-18 de ce prince chrétien s'est heurtée aux calculs sournois des allemands et des laïcs français.


Les morts du XXe siècle, en rouge victimes du communisme, en brun du fascisme, d'après l'excellent Historical Atlas of the Twentieth Century de Mattheu White

Jean Sévilla publie une biographie du bienheureux empereur Charles Ier d'Autriche et lance une association en faveur de la béatification de son épouse Zita : http://www.beatification-imperatrice-zita.org/

11 11 2009

Bien avant le 11 novembre le Pape avait condamné la guerre de 14-18

On a souvent tord de ne pas écouter les Papes.
Dès Novembre 1914, le pape Benoît XV demandait aux Etats en guerre de faire la paix le plus vite possible.

Il va aussi plus loin en allant chercher les racines de ce déferlement de haine dans les progrès de la laïcité.
"Depuis que les préceptes et les règles de la sagesse chrétienne ... ont cessé de présider au gouvernement des États, ceux-ci ont commencé, ... à chanceler sur leurs bases …
En effet, Jamais peut-être, plus que maintenant, on n'a parlé de fraternité humaine : Cependant, à dire vrai, jamais la fraternité n'a été moins pratiquée que de nos jours.
Les haines de race sont portées au paroxysme ;
les peuples sont divisés par leurs rancunes encore plus que par leurs frontières ;
au sein d'une même nation et dans les murs d'une même cité, les différentes classes de citoyens se jalousent mutuellement,
et chez les individus tout est réglé par l'égoïsme devenu la loi suprême.

11 11 2009

Les deux patries de Jean de Viguerie

La tromperie a culminé avec les guerres, et surtout celle de 1914-1918. On a dit aux Français en 1914 « C’est la guerre du droit » et ils l’ont cru. Et surtout ils ont cru que la « guerre du droit » était vraiment la guerre de la France. Alors ils ont engagé tout leur courage, et sont allés se faire tuer par centaines de milliers pour le seul avantage de la patrie révolutionnaire. Ces innombrables vies sacrifiées ont certes rendu à la France l’Alsace et la Lorraine, mais elles ont servi principalement l’expansion de l’idéologie des droits de l’homme. Un si grand holocauste aurait dû frapper d’horreur les survivants et leur inspirer la plus grande répulsion pour la divinité avide de ces sacrifices sanglants. il n’en fut rien. Citation tirée du site Contra Impetum Fluminis

Lire la suite

10 11 2009

La chasse au dahu avec de vraies photos de dahu dedans

Le véritable visage du dahu restait un mystère;
celui ci est maintenant résolu par des photos exclusives que nous avons pu nous procurer.

Surpris dans les rochers, le petit animal s'est enfui devant notre photographe.



Une brêve poursuite le long d'un versant, en suivant sa course facilitée par ses pattes plus courtes d'un côté, nous a permis de percer le secret de la cachette secrète de l'étrange créature.

Elle plante sa trompe dans le sol, s'y fixe à l'aide de ses courtes défenses, gonfle son corps recouvert de mousse pour le faire ressembler à une vieille souche et dresse ses longues pattes vers le ciel.



La traque du dahu est longue et difficile, elle n'est possible qu'en automne car celui ci vit toujours fixé sur les rochers, sauf en cette saison où il sort à la recherche des feuilles mortes les plus dorées, juste après leur chute.



Il n'y a que dans la vallée de Masevaux qu'on peut voir d'aussi belles choses.

09 11 2009

Chute du mur de Berlin, subversion communiste et mensonges de Gorbatchev révélés par les archives soviétiques

En ce temps de commémoration de la chute du Mur il est bon de relire un livre qui révèle une grande part des délibérations les plus secrètes du pouvoir soviétique : Un jugement à Moscou de Valdimir Boukovski. Quel homme merveilleux que ce Gorbatchev qui a ouvert le mur de Berlin et libéré des pays d'Europe de l'est du communisme. Les archives les plus secrètes des délibérations du Comité Central du Parti Communiste de l'URSS Révélées par le dissident Boukovski racontent une toute autre histoire. Fausse "détente" gorbatchévienne préparée de longue date par le KGB, soutien au terrorisme international passant en particulier par la RDAet subventions aux partis communistes, au delà même de ce que disaient les anti communistes et misères secrètes d'un système en faillite qui n'arrive même plus à fournir 30 000 tonnes de viande aux polonais. Ce livre du dissident Boukovski est aussi une leçon de résistance anti totalitaire.

Lire la suite

09 11 2009

Jean Paul II tombeur du communisme

Un rappel utile par Bernard Lecomte dans le Figaro Magazine.

Lire la suite

09 11 2009

Face à la chute du mur de Berlin, la dangereuse complicité de mitterrand avec le communisme

Le refus par François Mitterrand d'accepter la libération de l'Europe de l'est est constamment influencée par deux facteurs essentiels : Le poids de l’idéologie socialise, nourrie de sa foi dans le « progrès » et par la tradition de complicité entre socialistes et communistes Sa haine des nations De son passé de droite conservatrice il est aussi resté des réflexes : l’obsession du maintien de l’ordre en Europe, étayée par d’excessives références au vieilles alliances révolutionnaires de la IIIe république et aboutissant au refus de tout changement. Source : citations de cette étude de Bernard Lecomte.

Lire la suite

09 11 2009

On ne pourrait intéresser des élèves qu'à partir de leur vie quotidienne.

Cette idée très courante dans certains courants pédagogiques explique l'oubli presque complet du patrimoine culturel ancien dans l'enseignement des langues en France.

L'idée que les élèves ne s'intéressent qu'a leur quotidien s'exprime avec force dans ce commentaire trouvé sur un forum à propos de l'utilisation de deux films récents : "Le petit Nicolas" et Neuilly ta mère".

" Le Petit Nicolas fait référence à une époque que nos élèves n’ont pas connue, et surtout pour laquelle ils n’ont pas les clés de lecture : la période des années 50 et 60 avait sa logique (scène avec le patron du père, à l’école avec les enseignants, entre les élèves ….) Les codes ont changé aujourd’hui et cette époque n’a plus beaucoup de points communs avec la nôtre.

-          De mon point de vue, c’est donc plus un film d’adultes dans son implicite.

-          La BD était plus éthérée , dépouillée, intemporelle et pouvait plus, à mon avis, servir de point de départ à un travail en classe.

-          J’avais vu , il y a quelques temps un autre film « Neuilly sa mère », qui lui était plus en prise avec notre époque avec notre école. Là les rapports entre l’école, les quartiers, les milieux socioculturels étaient contemporains de nos élèves et permettaient d’entrer rapidement dans un travail de réflexion et d’écriture sur eux et l’école. A partir des codes qui sont les leurs, nos élèves pouvaient entrer dans le film de manière plus structurante pour eux"

Philippe Meirieu exprimait la même idée en considérant que les enfants de classes populaires pouvaient apprendre à lire dans les manuels d'utilisation des instruments électro-ménagers.

09 11 2009

La révolution numérique menace les bénéfices des éditeurs de manuels scolaires

Une récente déclaration de Luc Chatel, présentement ministre de l'Education nationale, est passée relativement inaperçue : la volonté manifestée par les pouvoirs publics de parvenir au tout-numérique en guise de manuels scolaires à l'horizon 2012.

C’est une révolution du monde de l'édition Quand on parle d'édition, le grand-public entend avant tout édition littéraire. Mais pour les grands groupes éditoriaux (Hachette, Editis-Planeta, Albin Michel…), la littérature est une danseuse qui n'existerait guère sans l'apport financier de trois vaches à lait séculaires : (dont)  les manuels scolaires.

Mais voilà que les établissements scolaires sont aujourd'hui de mieux en mieux équipés d'une arme fatale : le vidéo-projecteur, relié qui plus est, dans chaque classe, à Internet.

Et le ministère d'en rajouter une couche avec son plan de numérisation des ressources éducatives.

Si, comme c'est plus que probable, dans les cinq années à venir, les outils pédagogiques mis gracieusement à disposition sur le web parviennent à tailler des croupières aux bons vieux manuels scolaires, cela risque de bouleverser très fort tout le paysage éditorial traditionnel qui en vivait, littérature comprise.

Une révolution du monde de l'éducation

Les enseignants ont découvert très vite les bienfaits presque mirifiques de l'outil numérique : il est plus facile de concentrer une bande de trente zozos excités sur un écran, que chacun sur un livre dont on ne sait jamais s'il est ouvert à la bonne page.

D'autant que fleurissent des dizaines de sites où les profs peuvent échanger leurs cours et se procurer des documents en ligne (Weblettres, E-Teach, CultureMATH…). Sans compter les innombrables pages-ressources fournies par les sites académiques officiels.

Un clic et le tour est joué. « Qu'est-ce que c'est, un “glaïeul”, Monsieur ? » Pouf, un clic sur Google et voilà la fleur inconnue projetée instantanément sur l'écran de la classe sans qu'il soit nécessaire d'aller débusquer au centre de documentation pédagogique (CDI), ou pire, d'acheter le bon vieux bouquin d'antan sur les « fleurs de nos jardins ».

Si un manuel scolaire papier ne peut être conçu que par un éditeur chevronné, souvent sous l'impériale autorité d'un membre éminent de la hiérarchie inspectorale, la fabrication de documents pédagogiques numériques, elle, est à la portée de n'importe quel enseignant de base. Pourvu qu'il soit un tout petit peu familiarisé au traitement de texte. Et à celui des blogs sur Internet.

Un nouveau coin enfoncé dans les flancs de l'économie monétarisée

Plus largement, cette nouvelle révolution numérique est un nouveau coup porté à la toute-puissance de l'argent-roi dans les échanges économiques.

Car les échanges sur Internet, c'est bien connu, sont gra-tuits (« libres », dit-on, dans un savoureux euphémisme). Et les quelques tentatives des grands groupes éditoriaux pour capter l'évolution technologique à leur profit ont fait long feu.

Le cartable électronique s'est révélé objet lourdingue à l'expérience. Et les versions numériques payantes, que les éditeurs scolaires croyaient pouvoir tirer de leurs manuels papier, sont devenues gratuites en moins de deux ans. Sous pression de la concurrence, d'une part ; et parce que personne n'était disposée à les acheter, d'autre part. Internet, puisqu'on vous le dit, c'est gra-tuit !

Nul doute que vont commencer les grandes manœuvres pour récupérer ces aguichants marchés à la valeur indubitable, mais « scandaleusement » démonétarisée.

Rien n'indique qu'ils tomberont entre les mêmes mains que celles d'avant.

Source : Le Yéti sur Rue 89.

Administration