Le chanteur Ridan a trouvé le rythme qui convient à ce poème de Joachim du Bellay.


Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison, Et puis est retourné, plein d'usage et raison, Vivre entre ses parents le reste de son âge !
Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village Fumer la cheminée, et en quelle saison Reverrai-je le clos de ma pauvre maison, Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?
Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux, Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine : Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin, Plus mon petit Liré, que le mont Palatin, Et plus que l'air marin la doulceur angevine.
Texte: Du Bellay, musique : Ridan, chanteur bien pensant(TM) par ailleurs


Brassens fit une chanson nouvelle d'après le thème du poème de Joachim du Bellay



Heureux qui comme Ulysse A fait un beau voyage Heureux qui comme Ulysse A vu cent paysages Et puis a retrouvé Après maintes traversées Le pays des vertes années

Par un petit matin d'été Quand le soleil vous chante au coeur Qu'elle est belle la liberté La liberté
Quand on est mieux ici qu'ailleurs Quand un ami fait le bonheur Qu'elle est belle la liberté La liberté
Avec le soleil et le vent Avec la pluie et le beau temps On vivait bien content Mon cheval ma Provence et moi Mon cheval ma Provence et moi

Heureux qui comme Ulysse A fait un beau voyage Heureux qui comme Ulysse A vu cent paysages Et puis a retrouve Après maintes traversées Le pays des vertes années

Par un joli matin d'été Quand le soleil vous chante au coeur Qu'elle est belle la liberté La liberté
Quand s'en est fini des malheurs Quand un ami sèche vos pleurs Qu'elle est belle la liberté La liberté
Battu le soleil et le vent Perdu au milieu des étangs On vivra bien content Mon cheval ma Camargue et moi Mon cheval ma Camargue et moi

Source