Toute leur victoire électorale tiendrait elle uniquement dans une habile propagande médiatique et émotionnelle.
La Polémique autour de la diffusion du film « Home » de Yann Arthus Bertrand continue. Le site e-deo retransmet une chronique publiée sur « Libération ». Elle parle du « message aussi lourdingue que les poches de Pinault » qui s’est offert une énorme publicité pour ses produit de luxe pas du tout écologique en ouverture du film.
Selon ce film « L’homme serait une blatte nocive pour la planète ».
Seules les blattes frugales du grand nord ou d’Afrique trouvent grâce aux yeux de « Home » et « Homère, Newton ou Bruneleschi ne sont rien à côté de la beauté sauvage d’un éléphant courant dans la brousse »
Le point de vue est toujours celui de l’hélicoptère, des lecteurs de Rue 89 signale d’ailleurs que Yann Arthus Bertrand utilise aussi ce moyen de transport peu écologique pour aller chercher signer ses livres et Nicolas Hulot pour aller faire ses recherches de maisons à acheter.
Yann Dieu reconstitue la création, la terre, l’eau, et assène en voix off ses prophéties glaçantes et ses affirmations sentimentales.
La bonne vieille science qui s’attache aux faits meurt au cours de l’exercice. Le film parle du recul de la banquise du pôle nord, annonce qu’elle est foutue et oublie les statistiques retransmises par le site « pensée-(tiret)unique.fr » qui montrent que les glaces du pôle sud sont par contre de plus en plus étendues.
Loin des sphères paisibles de la science, l’ambiance est au règlement de comptes chez les verts. Cohn Bendit affirme qu’un des conseillers de Bayrou, l’écolo Christophe Madrolle l’aurait prévenu que Bayrou se renseignait sur son passé sulfureux. Ce conseiller affirme lui avoir répondu par téléphone en le traitant de salopard avec des méthodes staliniennes.
Les conseillers de Sarkozy ne perdent pas de temps de leur côté, Borloo annonce que le budget des éoliennes en mer passera de 30 à 100 millions d’euros et le président annonce que l’Etat subventionnera autant les énergies propres que le nucléaire (qui est en fait surtout financé par les entreprises du secteur)