« Mon boulot n’a aucune dimension spirituelle », je vends des : 0 petits pois, 0 centrales nucléaires, 0 temps de cerveau disponible, 0 du futur citoyen bien formaté (cocher la case qui vous correspond)
.
On peut voir les choses comme cela. mais c'est sans doute un peu réducteur.
Certains, de part leur vocation, sont tout entiers tournés vers la prière, la prédication, d'autres ont des métiers conceptuels, mais cela ne doit rien enlever à la dignité de toutes activités pratiques et concrètes.
Sans marchands de petits pois, l'anachorète, le stylite et l'apôtre meurent de faim quoi qu'il arrivent. Seul Saint Jean Baptiste survit, en ne mangeant que des sauterelles grillées.

L'acte de création d'oeuvres matérielles est aussi, comme le disait Benoît XVI dans son discours aux Bernardins, une participation à l'ouvre même de Dieu

Par surcroît l'amour et la charité fraternelle que Jésus nous enseigne ont besoin de quitter le royaume des bonnes intentions pour s'incarner dans des actes concrets avec ceux qui sont nos prochains, parcque que nous le côtoyons.
Enfin notre "Imitation de Jésus Christ" peut nous permettre de le reflèter. Ce reflet de la lumière divine dans nos yeux peut arriver chez des gens qui ont qui qui croient que la foi est irrationnelle et facteur d'intolérance et de guerre, qui ont peur des prêtres et des préventions invincibles à l'idée d'entrer dans une église.

Le petit pois est donc un maillon essentiel de notre marche vers la sainteté. D'ailleurs j'en reprendrais bien un petit peu.