Comme avant chaque visite du Pape, la dialectique faisait rage et les partisans de la messe cool, et des musiques sirupeuses semblaient mener une sourde lutte contre les idées liturgiques de Benoît XVI et de son nouveau cérémoniaire : surtout pas de communion sur la langue et de calices dorés.


Photos Reuters via Libération

Résultat du match, le Pape a offert un calice au Cardinal, et le Cardinal a insisté sur l'unité de l'Eglise et de la célébration. Il a aussi introduit la messe pontificale avec un mot sur l'immigration et la nécessité de transformer les pays de départ pour que les gens ne soient plus contraints d'émigrer.
Résultat musical et liturgique, souvent de très beaux moments de musique et de réflexion calme entre les enseignements du Saint Père, dans un ensemble souvent disparate, passant du style "Jacques Berthier Taizé" et aux chansonnettes gluantes style JMJ, aux tubes du grégorien, messe des anges et Salve Régina sans que personne ne fasse de syncope.

Au contraire, une foule immense et très jeune a été silencieuse, fervente, joyeuse et marchante, passant d'un style à un autre sans difficultés, dans le recueillement et la joie.