Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« juin 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

27 06 2008

Le "Taisez vous Jésus Christ" face à l'intervention des chrétiens dans la vie civique

est bien plus courant que le "taisez vous Elkabach", le blog "le conservateur" constate que dans les droites libérales ou païennes beaucoup contestent les prises de positions de l'Eglise, mais aussi son droit de s'exprimer. Langelot réagit en demandant que les hommes d'Eglise se cantonnent aux questions "spirituelles".

L'Eglise ne parle en général que de certains sujets, qui touchent la personne humaine et évite le plus souvent les questions contingentes comme la révision des barêmes de la taxe d'habitation ou l'interdiction de la chasse au loup.
L'Eglise ne parle pas plus de ces sujets que l'"église" de l'individualisme que sont les organisation maçonniques, mais elle donne sur les questions de la liberté, de l'engagement du mariage ou du droit de ne pas être tué dans le ventre de sa mère des réponses qui ne sont pas moins légitimes parce qu'elles sont différentes.

L'Europe se serait certainement mieux portée d'avoir écouté les conseils de Benoît XV le 1er novembre 1914 et l'Ouganda se porte mieux d'avoir écouté le discours de Kampala de Jean Paul II sur le préservatif.
Une des difficultés de cette écoute vient du fait qu'on a tendance à zapper une partie de celui ci. Benoît XVI parle par exemple du respect des immigrés qui viennent "en respectant les lois du pays d'accueil".

Il est vrai que les hommes d'Eglise ont tendance à faire le travail des hommes politiques chrétiens; souvent parce que les militants chrétiens, solidaires des partis non confessionnels auxquels ils appartiennent ont du mal à faire entendre une voix spécifiquement chrétienne.
C'est une des conséquences de la vie politique partisanne, qui disperse les chrétiens dans des chapelles politiques autour de questions contingentes, plus de liberté individuelle, de socialisme ou d'indépendance nationale sur lesquelles l'Eglise n'a pas de doctrine fixe.

Les points non négociables du droit de la personne humaine, du respect de la vie et de la liberté d'enseigner et de pratiquer le christianisme sont alors noyés dans des questions moins essentielles.
Un système référendaire tel que celui de la Suisse permettrait de limiter un peu cette logique de dispersion des laïcs chrétiens.

Certains prétendent que "les religions" doivent laisser la place à la neutralité laïque et que revendiquer la liberté pour l'Eglise reviendrait à la donner aussi aux mosquées.
C'est à mon sens une erreur, les philosophies de la vie, "l'humanisme républicain" defendu par la franc maçonnerie, le libéralisme, le socialisme, le nazisme, le communisme, le christianisme ou l'islam proposent tous une hiérarchie de valeurs différente et plus ou moins conforme au droit naturel et à la possibilité d'une paix civile. Il est donc normal qu'ils aient des droits inégaux pour que les adeptes du maçonnisme, du nazisme, du communisme ou de l'islam soient empêchés de mettre en pratique les éléments inhumains de leur doctrine.

27 06 2008

La première radio libre brisait le monopole public de la radio-diffusion

Radio Caroline était une station pirate émettant en FM en direction de toute l'Europe, à partir d'un navire mouillé dans les eaux internationales, au large de Felixstowe, en Angleterre.
Le premier signal de la liberté. Car, à l'époque, dans tous les pays d'Europe, la radio et la télé, c'était la chasse gardée des gouvernements au pouvoir qui exerçaient un contrôle total de ce qui était diffusé. Aujourd'hui, une telle situation serait totalement impensable. A part en Chine ou en Birmanie, bien sûr ...

Mais ils en rêvent toujours

Info "Chez Luc" Puis les radios pirate se sont multipliées.

Administration