Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

Archives du WebAnnales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

Annales histoire société christianisme / unvoyageauliban.2

« juin 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

13 06 2008

Le Non irlandais, en attente de démocratie

« Je ne veux pas voter pour un texte que je ne comprends pas ». Loin d’être un signe d’ingratitude ou de rejet de l’Europe, ce vote manifeste un rejet de la fausse démocratie des décisions inéluctables imposées par des élites intellectuelles mondialisées. C’est un appel en faveur d’un système politique plus subsidiaire et plus démocratique ou les classes populaires et les professions pourraient mieux se faire entendre.

Trois référendums de suite et trois majorités refusant l’organisation des institutions européennes, alors que les opinions ne sont pas du tout contre l’idée d’une construction européenne.
Le rejet qui se manifeste ne me semble pas porter sur l’Europe, mais sur le fonctionnement actuel de ce qu’on appelle des démocraties. Classes populaires, nationalistes, catholiques, et post-marxistes rejettent parallèlement les institutions supra nationales.
On peut voir dans ce rejet le souhait d’une politique plus soucieuse d’intérêt local dans un contexte d’ouverture et de mondialisation libérale; mais surtout une demande de démocratie

Ce ne sont pas les aides européennes qui sont rejetées, fondées sur les demandes locales elles sont plus intelligentes et plus efficaces que les subventions nationales. La nécessité de règles communes n’est pas non plus rejetée à priori, mais la manière de les construire pose un très réel problème.
Le pêcheur qui voit le prix de son carburant doubler, le membre d’un métier qui se trouve face à une règle européenne n’a personne a qui en parler et n’a pas de moyens l’infléchir en donnant son avis.
Il se heurte à un ministre nommé par un président qui a gagné les élections législatives sur des questions bien différentes. Ce ministre lui dit qu’il ne peut rien faire contre des règlements décidés par la commission et approuvés par les ministres des 27 pays membres, y compris, assez souvent le ministre français.
Le pêcheur n’a pas réellement de représentant, ses syndicats sont moribonds, ses élus ne sont pas eux même issus des classes populaires, mais professionnels de la politique.

C’est le circuit du pouvoir dans les régimes « représentatifs » libéraux qu’on appelle démocraties qu’il faut revoir.
L’Europe comme la France ont besoin de pouvoir régler des questions précises par référendums à la manière Suisse.
L’Europe comme la France ont besoin d’une représentation de la société par elle-même. Que les 20% d’ouvriers aient 20% de députés dans la seconde chambre législative au lieu d’en être totalement exclus.
L’Europe comme la France ont besoin que les procédure de décisions soient plus ouvertes et plus tranparentes.

13 06 2008

Les parodistes sautent sur "Cool Vas zy"

26724581_p.jpgAlerte, des pirates détournent les icônes sacrées de la médiasphère. Le blog du Chi se moque de PPDA, son départ ne fera pas bouger les ailes des papillons de Floride, et ses prétentions à l'insolence sont au moins à relativiser.
Comme l'affaire du mariage annulé, pour moi c'est encore un sujet qui permet d'agiter de l'écume sans permettre de rien changer.
Ce blog subversif ouvre la porte a des transgressions bien plus graves. Police du monde Parodique se rapproche plutôt d'une préparation militaire parachutiste au service de la contestation.

13 06 2008

Saint Antoine, inspirateur des enseignants

Le futur saint suivit des études brillantes chez les chanoines Réguliers de saint Augustin.
Entré chez les franciscains, il dissimule ses talents et accepte les tâches les plus modestes.

antoine.JPG


En 1222, lors de l'ordination de plusieurs franciscains, il dut prendre la parole et montra un grand talent d'orateur et d'érudit. François d'Assise l'envoya alors prêcher en Italie et en France.
Il peut être un des inspirateurs des enseignants, disposé à transmettre ce qu'il sait, sans chercher à faire étalage de sa science.

13 06 2008

Dhimmis de la république

Il y a donc un impôt permanent payé par les chrétiens au profit des autres. Toute ressemblance avec la tolérance islamique n'a rien de fortuit.
« C'est beau de faire l'amour avec une femme » Encore un téléfilm en faveur de la lesbianitude, payé par la redevance télévisuelle. Peut on imaginer un téléfilm qui dise au contraire « c'est beau de donner sa vie dans la vie religieuse ».
En réfléchissant un instant sur ce déséquilibre on peut se rendre compte qu'il est systématique. Les chrétiens payent systématiquement pour des oeuvres laïques et neutres, largement ouvertes à l'individualisme idéologique alors que les laïcs ont obtenu le droit de ne jamais payer pour des oeuvres chrétiennes : pas de subventions pour les écoles catholiques, pas de publicité pour les médias chrétiens, des chroniqueurs d'extrême gauche sur les radios d'Etat, mais presque jamais de catholiques convaincus et intelligents.
Dans l'islam aussi les chrétiens sont tolérés, mais doivent payer pour le rester et donner le fruit de leurs efforts à leurs concitoyens musulmans
La Vérité peut rayonner par elle même, elle peut être choisie librement, mais la justice commande que l'une ou l'autre des doctrines en présence ne soit pas favorisée pour que chaque homme puisse se déterminer par lui même.
- Neutralité financière de l'Etat vis à vis des diverses philosophies
- Séparation de la Libre pensée et de la Franc maçonnerie et de l'Etat.
- Chèque éducation
- Chèque redevance permettant de financer des médias de son choix

Administration