Il faut un verre de vin sur une table, de l'ombre et une viole de gambe.
Il faut un temps de silence et de clair obscur pour retrouver la parole de l'âme mise en musique au dix septième siècle.



Les sites de vidéos en ligne redonnent de larges extraits des musiques de "Tous les matins du monde". Né de la passion d'un réalisateur pour la musique baroque, ce film concentre dans une seule histoire beaucoup de ce que nous cherchons dans la musique ancienne. Un art de dire les sentiments et les Etats d'âme que notre temps a perdu.
Un blogueur (Kroulik) nous offre 16 minutes des "Folies d'Espagne" sur fond des images du film.


Il fait ainsi un éloge de la joie de l'interprète trop tôt partie.



Ce film montre ce que dit la musique. Le maître de Musique, le discret Sainte Colombe s'est retiré du monde pour chercher l'expression la plus juste de son deuil.



Marin Marais s'en souvient quand il se résout à faire sa leçon de musique, enseignant au dela de son rôle officiel la meilleure manière de trouver la note juste.